Affiche du film ROCKNROLLA

Caïd londonien, Lenny travaille à l’ancienne. Ce qui ne l’empêche pas de savoir à qui graisser la patte et de pouvoir faire pression sur n’importe quel ministre, promoteur immobilier ou malfrat en vue. D’un simple coup de fil, Lenny est capable de soulever des montagnes. Mais comme le lui dit Archy, son fidèle lieutenant, Londres est en train de changer : les mafieux des pays de l’Est, comme les petits voyous, cherchent tous à bouleverser les règles du milieu. Désormais, c’est toute la pègre londonienne, des gros bonnets aux petits poissons, qui tente de se remplir les poches en se disputant le coup du siècle. Mais c’est Johnny Quid, rock star toxico qu’on croyait mort, qui a les cartes bien en main…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 19 novembre 2008
Réalisé par
Film britannique, américain
Avec Gerard Butler, Tom Wilkinson,
Durée : 1h 54min
Titre original : RockNRolla
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Guy Ritchie fait parti de ces rares réalisateurs qui ont un style reconnaissable entre mille, une identité propre, un univers associé à son nom qui plait ou non mais qui ne peut laisser indifférent. On pense notamment à , , , , des réalisateurs de génie pas toujours compris dans leur démarche artistique mais possédant un talent inattaquable.

Ainsi donc, dès le générique de début, avec ce côté clippesque accentué par des riffs de guitare assurément rock, on sait clairement que RockNRolla est un film de Guy Ritchie. Un film coup de poing sur la banlieue londonienne avec sa multiplicité de petites frappes rêvant de jouer dans la cour des grands. et avaient laissé percevoir le talent du réalisateur pour le genre, RockNRolla ne fait que le confirmer.

Photo (1) du film ROCKNROLLA

[pullquote]Un réalisateur qui n’y va pas avec le dos de la cuillère et qui n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de mettre sur pied des fictions avec pour seul leitmotiv « Sex, Drugs & Rock’N’Roll ».[/pullquote]

Prenant comme point d’ancrage une simple transaction frauduleuse débouchant sur l’acquisition d’un permis de construire, RockNRolla est à prendre comme l’exemple type de l’effet papillon. Un seul changement notable et c’est la vie de plusieurs dizaines de personnes qui se retrouve chamboulée. Doté d’un scénario prétexte bien amené, RockNRolla est un défouloir en bonne et due forme. Chaque dialogue est succulent (à voir exclusivement en version originale !), chaque situation est électrisante avec une tension euphorique se dégageant de l’ensemble et chaque personnage est magnétique à outrance. Tom Hardy (, Warrior) alors méconnu du grand public est savoureux en meilleur ami tombeur de nanas se découvrant une passion pour la gente masculine, Mark Strong est comme d’habitude très électrique dans un rôle qu’il affectionne particulièrement, Tom Wilkinson se déchaine avec des répliques cinglantes mais c’est avant tout Toby Kebbell (L’Apprenti Sorcier, Prince Of Persia) qui retiendra notre attention. Très peu présent à l’image (dans la première partie du moins), ce jeune acteur qui ne cesse de grimper à Hollywood est le pilier central du film. C’est lui le RockNRolla et personne d’autre. Ainsi donc, à l’image de ces grands personnages qui non pas besoin d’être à l’écran pour être présent dans les esprits (le colonel Kurtz de ou le d’Usual Suspects), il envoûte un spectateur en admiration devant cette « cool attitude » implacable et inébranlable. A cela il convient d’ajouter une bande originale assurément rock et une mise en scène très dynamique qui ne laisse aucune place à quelconques longueurs intempestives.

Tout cela ne fera que confirmer une chose que l’on savait déjà : quand il ne perd pas la tête avec ses ex en leur réalisant des navets sur mesure, Guy Ritchie est l’un des réalisateurs les plus excentriques de sa génération. Un réalisateur qui n’y va pas avec le dos de la cuillère et qui n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de mettre sur pied des fictions avec pour seul leitmotiv « Sex, Drugs & Rock’N’Roll ».

Photo (2) du film ROCKNROLLA