Affiche du film SAMURAÏ COP

Joe Marshall est un flic dur à cuire, kamikaze, toujours prêt à foncer. Il se heurte à un gang commandé par un Japonais trafiquant tout ce qui est à trafiquer et n’hésitant pas à joncher sa route de cadavres. Joe formé lui aussi à l’école Japonaise par un vieux maître, expert en arts martiaux, féru de philosophie Orientale, entre en guerre contre le Yakuza…

Pifomètre Nanar

Date de sortie : 1989
Réalisé par
Film américain
Avec , , , , ,
Durée : 1h36min
Titre original :
Extraits :

Joe est donc le flic Samouraï recruté de San Diego pour aider la police de Los Angeles et ainsi arrêter toutes actions du « gang des katana » dont le chef se nomme Fujiyama. Eh oui, on a le doit à un sacré Mix Up de la culture nippone. Les membres sont quasiment pas typé asiatique (2 finalement en y repensant) et les seconds couteaux sont tous occidentaux.

Mais ce qui retient toute notre attention ici, c’est Matt Hannon, son interprète. Figure emblématique du métrage à la filmographie qui ne se résume qu’à ce rôle (Mais quel rôle !). Il est à lui tout seul l’élément nanardesque du film. Présent à chaque plan, il illumine par son charme et son côté enjoué. Il est vraiment à 100%. Charmeur de ses dames, il passe son temps à draguer dans l’ordre la fliquette, l’infirmière et la promise du patron des japonais.

[pullquote]Un film intouchable, au-delà du nanar, une grosse pépite du genre.[/pullquote] Pour en revenir au film, au fond, la quête du héros et surtout sa résolution, on s’en contrefout. Seul voir notre héros neuneu avec sa plastique parfaite, de long et beaux cheveux nous suffit. On prend ainsi un malin plaisir à voir cet énergumène foutre des gnons en sous- qu’il est, manier le sabre à faire pâlir tout Jedi et avoir des répliques qui tuent comme notre ami Chuck. Quel Homme…
A ses côtés, son fidèle sidekick « black de service » qui nous fait son en rigolant à chaque fin de phrase pour nous montrer comme il est drôle. Les 2 font bien la paire comme on dit.

Rendant le métrage comme un sous-L’Arme Fatale voire carrément (la parodie du premier), son réalisateur Amir Shervan, d’origine iranienne, nous livre ici un film bien plaisant malgré sa mise en scène consternante (accélération de l’image pendant les courses-poursuites, ralentis et gros plans foireux…) et son absence de direction d’acteurs.
Mention spéciale au méchant, interprété par « Le Manica Cop » Robert Z’Dar, avec son faciès hypertrophié qui en fait des tonnes. L’affiche du film est d’ailleurs trompeuse, ce n’est en aucun cas un film d’horreur ni même une parodie du film précédemment cité, comme on a pu lire parfois.
On a bien affaire à un film intouchable, au-delà du nanar, une grosse pépite du genre.

BANDE ANNONCE

Samouraï Cop 2