Affiche de la série SPARTACUS - LES DIEUX DE L'ARÈNE

Bien avant l’arrivée de , la cité de Capoue se prépare à inaugurer une nouvelle arène gigantesque. Y faire combattre ses gladiateurs serait un honneur et une source de richesse pour tous les propriétaires de combattants de la région. Le jeune Batiatus fait partie de ceux-là, mais il ne fait que gérer l’affaire familiale en l’absence de son père. Il va pourtant user de tous les stratagèmes pour imposer ses gladiateurs, quitte à sombrer avec sa femme, Lucrétia, dans les excès les plus abjects…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Saison : 1
Nombre d’épisodes : 6
Format : 52 min
Date de 1ère diffusion US : 21 janvier 2011
Titre original : Spartacus : Gods of the Arena
Création : en 2011
Avec , ,
Trailer de la saison :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Obligée d’interrompre le tournage de la saison 2 suite à l’annonce du cancer de sa tête d’affiche et préférant attendre la fin de ses soins pour continuer, l’équipe de la série Spartacus a eu l’idée plutôt intéressante de faire une sorte de saison flashback de six épisodes pour éviter que le public ne l’oublie et ne la range au fin fond des oubliettes. Choix aussi judicieux que succulent puisqu’il permet de revenir sur de nombreuses zones d’ombres laissées sous silence.

Ainsi donc, c’est avec un certain plaisir que nous retrouvons les sulfureux Lucy Lawless et John Hannah plus fourbes et stratèges que jamais luttant bec et ongles pour rentrer dans la légende et acquérir un breuvage difficilement accessible, la postérité. Véritable fer de lance de la première saison, ils prouvent à nouveau, grâce à un charisme inébranlable, qu’il sera bien difficile de les remplacer dans la seconde saison. Mais ça, on s’en doutait déjà bien avant.

Photo (1) de la série SPARTACUS - LES DIEUX DE L'ARÈNE

[pullquote]Moins consistant que la première saison mais tout aussi jouissif, ce prologue constitue un agréable aparté servant d’apéritif en attendant la suite.[/pullquote]

Au fil de ces épisodes qui paraissent au final bien peu nombreux, la montée en puissance de Crixus, les raisons de l’ascension au rang de dottore d’Oenomaus, les perfidies qui conduiront à l’isolement par ses frères d’armes d’Ashur et bien d’autres choses seront mises sous le feu des projecteurs, le tout conforté par une mise en scène toujours aussi pimpante grâce à un rythme effréné, de magnifiques costumes, du sexe à gogo et cetera et cetera. On retrouve absolument tout ce qui a pu envouter les spectateurs lors de la première saison, pour leur plus grand plaisir.

Le seul petit bémol qu’il faut souligner vient du choix du nouveau « héros », le bien nommé Gannicus. Loin d’être mauvais, ce dernier apparaît comme un copie bien pâle de Spartacus. En réalité, il ne sert que d’intermédiaire entre les différentes histoires présentées. Peut-être son personnage aurait-il dû être pensé différemment ou être simplement effacé du tableau, quoiqu’il en soit, sa belle gueule et ses faux airs de raviront la gente féminine alors laissons-les profiter du spectacle.

Peut-être moins consistant que la première saison mais tout aussi jouissif, ce prologue constitue un agréable aparté servant d’apéritif en attendant la suite.

Photo (2) de la série SPARTACUS - LES DIEUX DE L'ARÈNE