Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre malodorant et mal léché ? Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu’à l’envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd’hui, tel une idole déchue, il se contente de signer des autographes à tour de bras. Trop triste…
C’est alors que l’habile et sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve soudain transporté dans un monde parallèle totalement déjanté où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se jamais rencontrés…
Shrek va-t-il réussir à déjouer le sortilège, à repasser de l’autre côté du miroir, à sauver ses amis, à retrouver son monde et reconquérir l’amour de sa vie ?

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 30 juin 2010
Réalisé par Mike Mitchell
Film américain
Durée : 1h33min
Titre original : Shrek Forever After
Bande-Annonce :

Le Cinéma Pathé d’Ivry inaugurait le 29 juin sa nouvelle salle équipée de l’IMAX 3D. Une bonne nouvelle sachant que peu de salles en sont actuellement dotées. Voilà enfin une salle à la pointe de la technologie aux abords de Paris. Nous avons donc pu assister à la projection de Shrek 4, Il était une fin en 3D dans des conditions technologiques enfin optimales.
En effet, pour tous ceux qui connaissent déjà la 3D, vous avez déjà remarqué tous les problèmes liés à cet effet spécial encore mal maitrisé (difficulté pour faire la mise au point, flou, image dédoublée, saccade lors de mouvements rapides, etc.). La 3D agace parfois tellement qu’il est difficile de suivre le film.

L’IMAX 3D est incontestablement d’une grande qualité : l’image devient pure et limpide (grâce au procédé de l’IMAX qui permet une plus haute résolution), la 3D est parfois impressionnante. En bref, l’immersion est totale : nous pouvons nous surprendre à réellement sursauter ou encore, cligner des yeux lorsque nous ayons réellement l’impression qu’un objet s’approche trop de nous.
Shrek 4 nous prouve, dans ces conditions précises, qu’il mérite en effet la 3D : ces personnages fictifs prennent vie, nous pouvons admirer la pureté de ces limages de synthèse dont les textures sont travaillées avec un détail époustouflant. Cette qualité de travail associée à l’IMAX 3D fait de ce film un véritable spectacle.

Il est dommage que la firme Pathé rende cet instant très pénible à cause de leurs salles constamment sur-climatisées : elle avait beau être pleine, nous peinons à nous réchauffer.
Ceux qui avaient prévue leur veste s’en sortiront indemnes, les autres risquent malheureusement de sortir accompagnée de quelques éternuements. Il n’était pas toujours évident de profiter de cet instant magique dans des conditions aussi peu idéales.

Cette nouvelle salle, grande, avec un écran impressionnant est donc à conseiller à tous ceux qui veulent se réconcilier avec la 3D… si vous pensez à votre veste !

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[critique] Shrek 4 – Il Etait Une Fin (IMAX 3D)

0