La disparition de deux adolescents, l’angoisse d’une famille… Un air de déjà vu… Mais jamais traité de la sorte !
STRANGERLAND a été présenté au Festival de Sundance 2015, dans la catégorie World Cinema Dramatic Competition, et s’il n’a pas gagné de prix, il m’a littéralement scotchée!

Ce qui est particulièrement novateur, c’est le rôle à part entière tenu par la nature et l’influence de cet Outback australien sur la vie, les nerfs et les émotions des protagonistes: hostile et inhospitalier pour les uns, attirant, voire dévorant pour les autres. Car cette disparition est non seulement le point de départ, mais aussi l’aboutissement de l’histoire de cette famille, dont les membres sont peu à peu devenus étrangers les uns aux autres.

Le film montre très bien la façon différente dont chacun des parents affronte cet évènement, leur solitude, et leur incapacité à communiquer sur l’essentiel. Mais ces deux-là ne seront plus jamais les mêmes, prenant conscience de leur part de responsabilité: campe une mère toute en retenue et doutes, dont le cheminement personnel face à l’absence inexpliquée de ses enfants lui révèlera sa véritable nature et lui permettra de découvrir la personnalité mystérieuse de sa fille…


Strangerland_feature

Le mari, incarné par un empreint de dureté, prendra conscience de la fatuité de la représentation sociale dans laquelle il maintenait sa famille et changera son regard sur elle.

STRANGERLAND traite également des conséquences de l’intrusion nécessaire de la police dans l’intimité des personnages, ainsi que des propres questionnements de l’inspecteur en charge de l’enquête sur sa vie.Et une part belle est donnée aux habitants de l’Outback et à manière dont ils gèrent leurs secrets.

« Une réflexion sur la difficulté à connaître réellement nos proches et de communiquer avec eux, tout en restant attentif à nos propres aspirations, besoins et désirs. »

La réalisatrice , présente lors de la projection du film, disait avoir mis plus de dix ans avant de pouvoir réaliser STRANGERLAND, son premier long métrage, et que son précédent documentaire, portant sur la danse et le rapport au corps et à la nudité, l’avait inspirée. STRANGERLAND est effectivement original dans sa façon d’aborder la sensualité et la sexualité, rappelant par certaines scènes Mes séances de Lutte du réalisateur Jacques Doillon. Un petit bémol, la musique, anxiogène au possible.

On attend avec impatience la sortie en France de ce drame psychologique, émouvant et remuant, et dont la fin est pour le moins inattendue !

INFORMATIONS

strangerlandexclusive2

CRITIQUE
TRAILER

Titre original :
Réalisation : Kim Farrant
Scénario : Fiona Seres, Michael Kinirons
Acteurs principaux : Nicole Kidman, Joseph Fiennes,
Pays d’origine : Australie
Sortie USA : 10 juillet 2015
Durée : –
Distributeur : –
Synopsis : La disparition mystérieuse de deux adolescents dans l’outback australien.

BANDE-ANNONCE