Fred et Kevin sont deux adolescents paumes qui vivent dans une décharge, au royaume des clochards. Par misère ou méchanceté, tous ceux qui gravitent autour du bidonville leur en veulent et essaient d’avoir leur peau, sans compter un alcool frelaté qui transforme les buveurs en une flaque de bouillie jaunâtre.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 24 juin 1987
Réalisé par Jim Muro
Film américain
Avec , ,
Durée : 1h 40min
Titre original :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Les années 80 ont été très généreuses en terme de gore et de trash, avec des classiques tels que ou . Bien qu’il contienne peu de sang, Street Trash, tourné à l’époque par une bande d’étudiants, est l’un des films de ce genre les plus populaires auprès des fans.

Cette absence d’effusion de sang est due au fait que le réalisateur ne voulait pas avoir la censure sur le dos. Étrangement, c’est en partie cela qui a haussé Street Trash au rang de film culte. Le réalisateur Jim Muro a su compenser et au lieu de saigner, les victimes libèrent des fluides corporels fluo qui giclent dans tous les sens. Le résultat donne quelque chose de très trash et coloré. Les effets spéciaux sont réussis et n’ont rien à envier à qui que ce soit. La scène où l’un des personnages fond sur une cuvette de toilette est un délice pour les yeux et on comprend très bien pourquoi elle est devenue classique.

un classique du cinéma trash à redécouvrir sans crainte qui n’a pris que quelques ridules avec les années

Malgré la rareté et la difficulté d’accès à la steadycam à l’époque, le réalisateur a tout de même réussit à s’en procurer une. Ceci est très bénéfique car le film contient plusieurs prises de vue très ingénieuses et la direction photo est irréprochable. Ça paraît dès lors inconcevable que Muro ne soit qu’un standy-camer professionnel. Il est dommage que ce dernier ait renié son unique production afin de se consacrer uniquement à cela dans des productions à gros budgets. Chose plus surprenante encore, le réalisateur renia ce film qu’il considéra comme « un péché de jeunesse ». Bizarre quand on connaît le succès de ce film toujours aussi présent dans les esprits plus de vingt ans après sa réalisation.

Succulente comédie horrifique que l’on pourrait mettre sans rougir aux côtés d’un Braindead, Street Trash nous balance constamment de l’humour en plein visage sans jamais laisser le temps de nous en remettre. Saupoudrez le tout par un soupçon d’ambiance anarchique et rock’n’roll et la capacité à surprendre continuellement atteindra des sommets. En résulte un classique du cinéma trash à redécouvrir sans crainte qui n’a pris que quelques ridules avec les années.