Affiche du film SUPERSTAR

Un homme se retrouve tout d’un coup et à son insu sous les feux des projecteurs de la télévision. Il est « l’homme qui ne voulait pas être célèbre », et se pose très vite deux questions angoissantes et essentielles : « Pourquoi ? » et « Comment en sortir ? ». Trouvera-t-il les réponses ?

Note de l’Auteur

[rating:5/10]

Date de sortie : 29 août 2012
Réalisé par
Film français
Avec , ,
Durée : 1h52min
Titre original :
Bande-Annonce :

Ce long-métrage reprend une des histoires du dernier film de , To Rome With Love, devenant célèbre sans savoir pourquoi. A la différence de celui-ci qui profite de sa célébrité, Martin Kasinski (Kad Merad) sombre dans la dépression. Le pronom interrogatif « Pourquoi » étant devenu son leitmotiv, il va chercher à comprendre les raisons de sa célébrité soudaine, quitte à accroitre sa notoriété en passant dans des émissions de télévision. Les médias vont devoir s’adapter et parler de cet inconnu imposé par le public. D’abord adulé par ce dernier, il devient rapidement l’homme à abattre.

Habitué des rôles d’homme torturé, Kad Merad convainc, même si certaines scènes semblent surjouées. Cécile de France joue également dans un registre qu’elle connait parfaitement, celui de la bonne copine affectueuse et sensible. Sans surprise dans le registre de leur personnage, ils remplissent leur part du contrat.

Photo (1) du film SUPERSTAR

Des passages et répliques qui méritent d’être retenus, un thème intéressant mais trop développé, voire poussé à l’extrême.

Tout comme le film de Woody Allen, l’idée initiale est intéressante et on perçoit la folie des fans et des paparazzis qui s’obstinent à rendre la vie de Martin Kasinski insupportable. Alors que le film américain évoque cette histoire dans une scénette, Xavier Giannoli en fait le thème principal de son film. Le sujet est tiré en longueur dans Superstar et on se demande comment le film va s’en sortir pour répondre au fameux « Pourquoi ? ». Il donne quelques justifications partielles et quelques répliques sont pertinentes, mais la fin reste décevante et certains passages irréalistes.

Des scènes sont à la limite du ridicule et donnent une image parfois risible des gens « banals », mot qui va d’ailleurs créer une énorme controverse. Des personnages décalés font leur apparition pour tenter d’aider ce pauvre homme à sortir de la célébrité. Quelques clichés sont juxtaposés pour rendre Martin Kasinski attendrissant et souffrant.

En résumé, des passages et répliques qui méritent d’être retenus, un thème intéressant mais trop développé, voire poussé à l’extrême.

Photo (2) du film SUPERSTAR