Stromba: c’est le nom de ce stéroïde anabolisant, produit dopant utilisé pour accroître la masse musculaire et accélérer la régénération, que le gouvernement tchécoslovaque décida d’offrir à ses athlètes en vue des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984. Enfin offrir… imposer plutôt sous le sceau du secret et sous la menace d’exclusion des compétitions en cas de refus.

SUR LA LIGNE, dont le titre original est FAIR-PLAY, s’inspire de ce fait réel et raconte le parcours de Anna, jeune sprinteuse bachelière qui vient d’être recrutée au Centre National des Sports. Le médecin et le représentant du Comité du Parti communiste lui intiment, dans le cadre d’un nouveau programme de santé national de prendre ce produit pour améliorer ses performances. Convaincu qu’Anna a tous les talents naturels nécessaires pour être qualifiée pour les JO, son coach Bohdan/Roman Luknar tente bien de s’y opposer mais il n’a pas le choix.

La réalisatrice scénariste Andréa Sedlackova, dont c’est le premier film, a une longue expérience de monteuse de films en France, couronnée par le César du meilleur montage pour Welcome en 2010. Son propos dans ce film en VO est de brosser le contexte de cette dictature communiste – elle-même ayant quitté le pays pour fuir la censure – et de nous faire plonger dans une époque et un système de privation totale de liberté individuelle, dans lequel tout le monde surveillait tout le monde et devait rendre des comptes sur tout.

Elle y parvient très bien, décrivant avec réalisme la vie de Anna/Judit Bárdos et de sa mère Irina/Anna Geislerova obligée d’abandonner le tennis en compétition parce que son époux entraîneur s’est enfui à l’Ouest depuis une quinzaine d’années. L’ambiance de cet Est hostile comme on peut l’imaginer est renforcée par le jeu très juste des acteurs et par des couleurs grises et tristes à souhait, que seul le rose du survêtement d’Anna venu de l’Ouest viendra troubler.

Zylo

Zylo

Soumises à d’odieux chantages de la part des représentants du Parti,  ces femmes sportives courageuses et calmes ne se plaignent jamais mais résistent, chacune à leur manière. Leur combat et leur attitude presque sacrificielle nous les rendent attachantes et nous ressentons de l’empathie pour elles.

Anna, sur qui pèse encore le passé de ses parents, s’entraîne dur: elle court sur la piste, en montagne, en forêt sous la neige, sur un tapis avec un masque, dans une piscine presque vide ou encore avec un pneu accroché à ses hanches. C’est sa mère qui lui fait ses piqûres de Stromba, dont la dose augmente de plus en plus. Mais les effets indésirables (système pileux développé, retard de menstrues) commencent à se faire sentir et Anna s’essouffle de plus en plus, jusqu’au malaise qui la mènera aux urgences. Face au médecin paniqué par le secret politique qui entoure ce produit, mère et fille vont décider d’arrêter le Stromba et revenir à la bonne vieille Vitamine B12.  Anna, consciente des risques pour sa santé et son avenir sportif, mettra les bouchées doubles pour être à la hauteur de sa camarade Marina, mais évidemment cela ne suffira pas.

« Le contexte athlétique en pleine dictature communiste est très réaliste et le courage des héroïnes très attachant. »

Quant à la solitaire Irina, elle prend le risque de se faire arrêter car elle aide le dissident Marek à taper à la machine des textes susceptibles d’être subversifs et hostiles au gouvernement. Elle qui rêve pour sa fille d’une meilleure vie, sait aussi que le sport est l’un des moyens d’accéder à la liberté dans ce système et que sa chance est d’être qualifiée pour les JO et d’émigrer ensuite ; elle trahira donc sa fille en lui redonnant du Stromba à son insu, persuadée d’agir pour son bien.

Ce film, qui offre au spectateur plusieurs niveaux de lecture, traite également de la relation de confiance entre une mère et sa fille, qui plus est dans un contexte de compétition sportive, des choix qu’une mère doit parfois faire entre la liberté et la santé de ses enfants et du mouchoir qu’elle doit mettre sur ses principes et sa conscience pour y parvenir.

Le rêve de l’Ouest commencera à émerger dans l’esprit d’Anna avec la rencontre avec son amoureux Tomas et des conséquences de la trahison de sa mère. Mais cette expérience la fera devenir une adulte et si elle ne peut être libre dans son pays, elle le sera dans sa tête et dans son choix final.

LES AUTRES SORTIES DU 5 AOÛT 2015

INFORMATIONS

Affiche Sur la ligne

Titre original : Fair-Play
Réalisation : Andréa Sedlackova
• Scénario : Andréa Sedlackova
• Acteurs principaux : Anna Geislerova, Judit Bárdos, Roman Luknar
Pays d’origine :République Tchèque
Sortie : 5 Août 2015
Durée : 1h40 min
Distributeur : Zylo
Synopsis : Tchécoslovaquie années 80, Anna, jeune et talentueuse sprinteuse sélectionnée dans l’équipe nationale, s’entraîne pour la qualification aux Jeux Olympiques. Ses entraîneurs lui administrent à son insu des stéroïdes anabolisant. Ses performances s’améliorent spectaculairement mais après un malaise lors de l’entraînement, elle apprend la vérité. Anna décide de poursuivre l’entraînement sans dopants, au risque de ne plus être à niveau. Sa mère informe le coach qu’elle ne prend plus de stéroïdes. Ils décident ensemble de lui en injecter secrètement, sous prétexte de lui administrer de simples vitamines.

BANDE-ANNONCE