Affiche du film SWITCH

Juillet 2010, Montréal, Canada. Sophie Malaterre, 25 ans, illustratrice de mode, voit arriver les vacances d’été avec angoisse. Pas de projets, pas d’ami, pas de fiancé… On lui parle du site SWITCH.com qui permet d’échanger sa maison le temps d’un mois. Sophie trouve, par miracle, un duplex à Paris, avec vue sur la Tour-Eiffel. Son premier jour est idyllique. Le lendemain matin, elle est réveillée par les flics. Un corps décapité est dans la chambre d’à côté. Elle n’a plus aucun moyen de prouver qu’elle n’est pas Bénédicte Serteaux, la propriétaire des lieux. Le piège se referme sur elle… Elle n’a pas seulement changé d’appartement. Elle a changé de peau et de destin…

Note de l’Auteur

[rating:3/10]

Date de sortie : 6 juillet 2011
Réalisé par Frédéric Schoendoerffer
Film français
Avec Karine Vanasse, Eric Cantona, Mehdi Nebbou
Durée : 1h 40min
Titre original : Switch
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Deux années après sa consécration avec la réalisation de Braquo en binôme avec Olivier Marchal, Frédéric Schoendoerffer revient avec Switch, un polar à la française tout ce qu’il y a de plus banal avec ce coup monté gros comme une maison.

Alors oui le scénario est conventionnel et téléphoné à des kilomètres mais là où certains réalisateurs (on pense notamment à Mathieu Kassovitz ou Nicolas Boukhrief) s’en seraient très bien sortis, Frédéric Schoendoerffer plonge tête baissé dans une banalité quasi soporifique qui aurait eu raison de notre patience si certaines séquences plutôt bien rythmées n’étaient pas là pour nous sortir l’espace de quelques secondes de cet endormissement lent mais inévitable.

Photo (1) du film SWITCH

[pullquote]Un polar d’une linéarité sans faille trop édulcoré et coloré pour nous fournir notre dose d’adrénaline quotidienne.[/pullquote]

En réalité, ce qui dérange le plus avec Switch c’est cet atroce sentiment de l’avoir vu et revu des dizaines de fois. Le réalisateur n’arrive jamais à sortir des sentiers battus et ce n’est certainement pas la mise en scène soit saccadée soit mollassonne, ni le casting loin d’être crédible (mention spéciale pour un Eric Cantona tout en grimace forcée et grognements préhistoriques) qui parviendront à nous effacer cette idée de la tête.

En découle un polar français bas de gamme d’une linéarité sans faille trop édulcoré et coloré pour nous fournir notre dose d’adrénaline quotidienne. Une intrigue plus sombre, une réalisation plus nerveuse et un casting plus proche de la réalité auraient sans doute permis un tout autre spectacle.

Photo (2) du film SWITCH

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[critique] Switch

0