Affiche du film THE AMAZING SPIDER-MAN

Peter Parker (Andrew Garfield) est un adolescent combattant le crime sous le nom de après avoir été piqué par une araignée transgénique dans les laboratoires Oscorp. Chassé par les autorités sous les ordres du capitaine Stacy (Denis Leary), le père de sa petite amie Gwen (), Peter tente de sauver New York du Docteur Connors (), l’ex-associé de son père métamorphosé en créature reptilienne, Le Lézard.

Note de l’Auteur

[rating:6/10]

Date de sortie : 4 juillet 2012
Réalisé par
Film américain
Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifans,
Durée : 2h16min
Titre original :
Bande-Annonce :

Reboot de la licence Spider-Man au cinéma, The Amazing Spider-Man nous permet de revoir le célèbre super-héros tisser sa toile dans les salles obscures sous la direction de Marc Webb, réalisateur au nom quasi-prédestiné que l’on connaît surtout pour la comédie romantique (500) Jours Ensemble et quelques clips. La réalisation est honnête, moderne mais sans grosse surprise visuelle malgré quelques bonnes idées comme l’utilisation de la vue subjective lors de certains sauts du héros accentuant ainsi par moments l’impression de vitesse et de vertige en se mariant de manière discrète mais assez bien avec la 3D.

Par ailleurs, le scénario offre au réalisateur la possibilité de retrouver des scènes romantiques, à la fois mignonnes et drôles, par le biais de la relation des deux personnages principaux Peter Parker (alias Spider-Man) et Gwen Stacy. Ces scènes auront néanmoins un arrière-goût un peu niais, plus digne de séries adolescentes contemporaines que peut proposer par exemple la CW aux Etats-Unis, que de films plus grand public. Toutefois, cela n’a pas de grande importance dans l’ensemble et cela reste tout à fait digeste.

Les différents acteurs offrent des prestations de bonne qualité : Emma Stone est une Gwen Stacy crédible en joli brin de fille intelligente et courageuse, Rhys Ifans est un savant fou torturé de bon aloi même si le registre est un peu limité, Martin Sheen rayonne dans le rôle de mentor dont on connaît le funeste destin malgré sa durée à l’écran plus faible et enfin Andrew Garfield, que l’on a pu voir dans et dans , interprète un Peter Parker plus attachant et moins tête à claques que qui endossait le rôle dans la précédente trilogie réalisée par .

Toutefois si, techniquement et scénaristiquement, ce nouveau Spider-Man remplit assez bien son rôle de blockbuster estival avec une certaine simplicité, la comparaison avec la récente version de Sam Raimi est inévitable et n’est pas toujours à l’avantage de la nouvelle mouture. La fantaisie très comic-book des films précédents qui se retrouvait à la fois dans le jeu des acteurs et dans une photographie plus lumineuse a laissé place à un étrange mélange, visuellement plus sombre, opposant violence contemporaine, technologie développée et niaiserie adolescente de manière parfois maladroite. De même, si Andrew Garfield joue un Peter Parker moins niais et si le personnage de Gwen Stacy fait moins potiche que la Mary-Jane des précédents opus, on perd des éléments de la “fable” Spider-Man où le héros était par exemple beaucoup plus faible dans sa vie normale adolescente (on était loin de l’adepte de skate-board dépeint ici !).

Photo (1) du film THE AMAZING SPIDER-MAN

Blockbuster super-héroïque honorable, The Amazing Spider-Man souffre de la trop rapide mise en chantier d’un reboot après la version précédente et d’un certain déséquilibre entre son traitement et les points cruciaux du scénario.

Si bien sûr cela fait gagner en crédibilité cette transposition dans les années 2000, la morale constitutive de la BD, édictée par l’oncle de Peter, devient alors un peu décalée et rend peut être même Peter Parker bien moins héroïque que de raison. Si des éléments ont été zappés de manière heureuse pour une relecture moderne du mythe (Peter ne fait plus du catch la nuit avant de comprendre l’importance de ses responsabilités, même si il y a une référence à cela dans le film), d’autres restent pour les besoins du scénario mais le décalage est parfois dommageable. De même, certaines actions n’ont parfois pas de conséquences logiques dans le film : invité à dîner chez les parents de Gwen Stacy, Peter Parker en prétextant être passé par l’escalier de secours arrive chez eux par la fenêtre de leur fille (20 étages tout de même) et cela n’implique aucune réelle surprise…

En fait, en modernisant le “mythe” Spider-Man, ce reboot laisse malheureusement parfois passer des incohérences entre le rendu du long-métrage et le respect de certains lieux communs constitutifs du personnage. Cela est d’autant plus dommage que cette nouvelle mouture regorge également de bonnes idées (comme la toile tissée dans les égoûts par le héros, ingénieuse et visuellement intéressante, une petite amie qui n’est pas un simple faire-valoir, ou encore le rapport des choix de Peter à l’absence du père) et d’un meilleur respect de la chronologie du comic-book avec l’introduction de Gwen et du Capitaine Stacy avant même que Mary-Jane Watson n’apparaisse sur les radars.

Blockbuster super-héroïque honorable, The Amazing Spider-Man souffre de la trop rapide mise en chantier d’un reboot après la version précédente (dont le dernier opus n’a que 5 ans d’écart avec cette reprise) et d’un certain déséquilibre entre son traitement et les points cruciaux du scénario. On pourra donc reprocher à cette mouture de ne pas assumer totalement certains choix scénaristiques malgré de bonnes idées et une bonne volonté assez visible.

Photo (2) du film THE AMAZING SPIDER-MAN