De retour d’un mariage, Kristen et James rentrent dans leur maison de vacances, perdue en pleine forêt. .A quatre heures du matin, une jeune femme frappe à la porte et demande une certaine Tamara avant de disparaître dans les bois. Bris de verre, cris étouffés, bruits de pas… Très vite, ils réalisent que des étrangers masqués rôdent autour de chez eux. Et qu’ils sont bien déterminés à entrer.

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 2007
Réalisé par Bryan Bertino
Film américain
Avec ,
Durée : 1h30mn
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Encore un film privé de sortie salles par des distributeurs alors qu’il vaut bien mieux que beaucoup d’oeuvres pas forcément excitantes qui ont eu cette chance.
The Strangers est influencé par le cinéma horrifique des années 70. Il n’y a pas d’effets gores à outrance, tout est dans la mise en scène, dans l’ambiance et la bande-son.
Bertino arrive sans artifice à véhiculer une réelle tension à travers son film. Dès la scène d’intro, un texte et une conversation téléphonique, on sait d’ores et déjà que l’issue sera sanglante pour les principaux protagonistes. Là où de nombreux films de suspense perdraient de leur intérêt, The Strangers gagne en efficacité en intégrant la catégorie de cinéma dit « pris sur le vif ». Bertino est très méticuleux dans l’exposition de ses personnages qui permet aux spectateurs une identification possible. La lenteur du déroulement de l’action est volontaire et donne au métrage une dimension réaliste. Le spectateur se trouve totalement pris au piège du film et évolue avec les personnages en ressentant leurs émotions.

Les personnages principaux campés par Liv Tyler et Scott Speedman forment un couple en souffrance, au bord de la rupture. Après une grosse dispute, ils rentrent finir la soirée dans la maison familiale du jeune homme. Bertino, par des flashbacks, nous raconte habilement la cassure du couple sans dialogue inutile et pesant et cette longue exposition permet aux spectateurs de s’attacher aux personnages et une certaine identification.
Une jeune femme vient bientôt troubler cette pénible quiétude et faire virer leur soirée – qui était déjà loin d’être idyllique- en pur cauchemar. Cette femme, accompagnée de deux autres comparses masqués, vont jouer avec les nerfs du couple (ainsi qu’avec ceux du spectateur) au jeu du chat et de la souris.
Bertino, par sa mise en scène, arrive à créer de véritables moments de tension et arrive à faire sursauter le spectateur en même temps que les protagonistes du film.

Bryan Bertino, pour son premier film, a réussi un coup de maître en livrant un métrage d’horreur à l’ancienne loin du gore inondant tout le marché actuel tels les « torture-porn » ( et ). Là aucun artifice et/ou twist à la scoubidou et pas la peine d’attendre une explication du pourquoi et du comment: il n’y en aura pas. Toute la tension vient de la mise en scène, de l’ambiance, de la bande-son et du jeu d’acteurs et force est de constater que c’est très efficace.
Le film n’est bien sûr pas exempt de défauts: on pourra regretter le fait que les intrus jouent au jeu du chat et de la souris des heures au lieu de passer directement à l’attaque mais ce serait se gâcher le plaisir de frissonner et d’être en alerte pendant tout le film comme les protagonistes principaux et qui renforce le côté réaliste du film.
En tout cas une chose est sûre, vous ne verrez plus les escapades romantiques dans un endroit isolé du même oeil. Et comme le dit l’accroche du film « Ne rentrez plus chez vous ».