Cette année, les monteurs quittent les salles de post production dans lesquelles ils sévissent et prennent les choses en main. Ne se satisfaisant plus de donner corps à l’histoire d’un autre, ils changent alors de casquette pour raconter leur propre récit, et diriger lors du tournage, avant de retrouver éventuellement leurs postes de prédilection. Une tendance pas si surprenante, tant l’art de monter est, d’une certaine manière, réaliser.
Alors que le tout premier film du monteur britannique Andrew Hulme débarque quelques semaines plus tard (Snow in Paradise), c’est THINGS PEOPLE DO, de l’israélien Saar Klein qui se présente d’abord à nous.
Si son nom ne vous dit pas grand chose, il faut savoir que l’homme s’est occupé entre autre du montage de deux films de Terrence Malick et non des moindres, à savoir La Ligne Rouge et Le Nouveau Monde. Et lorsque s’achève la vision de THINGS PEOPLE DO, cette remarque ne semble pas si anodine que cela, tant l’homme semble avoir été marqué par ses collaborations avec le cinéaste le plus mystérieux de notre époque.

Dès les premières images, on se demande si nous ne sommes pas face au travail de Emmanuel Lubezki dans Tree of Life. La photographie est superbe, très naturaliste avec un soleil presque mystique et une steadycam suit des enfants jouant autour et dans une piscine, le tout constamment découpé et accompagné par la douce et discrète musique de Marc Streitenfeld. Ces moments de joies familiales sont des envolées poétiques qui parsèment le récit et tranchent avec la réalité abrupte du monde extérieur à laquelle est confronté Bill.

© Chrysalis Films

© Chrysalis Films

Bill (Wes Bentley) est un père de famille aimant qui cache à sa femme et ses deux fils qu’il a perdu son emploi. Avec un crédit immobilier de plus en plus difficile à assumer, il se retrouve très vite à réaliser des braquages, prétextant une simple journée au bureau, tout en devenant ami avec un policier pas remis du départ de sa femme et de son enfant (Jason Isaacs). Jusqu’où ira Bill ?
A travers ce pitch pas forcément très nouveau, mais qui distille quelques surprises, Saar Klein s’interroge sur la place de la moralité dans une société intransigeante qui vous licencie du jour au lendemain où vous tourne le dos, peu importe votre ancienneté (les banques). Tout en faisant preuve d’une certaine originalité sur bien des points.

« Un premier essai réussi entre drame social et polar, à l’atmosphère envoûtante« 

La piscine par exemple, qui contraste avec l’extrême aridité du décor dans lequel la famille a choisi de vivre, est traitée tout particulièrement. Son évolution au fil du métrage résonne comme l’état psychologique dans lequel se trouve Bill à tel ou tel moment.
Aussi, la double vie du personnage principal permet au réalisateur de jongler entre deux genres : le drame social et le polar, ce qui n’est pas pour nous déplaire, tant la narration s’avère prenante et l’atmosphère envoûtante. Le film pose un regard assez froid sur la vitesse à laquelle l’homme peut basculer dans l’illégalité une fois au pied du mur, victime d’un manque de communication, lorsque son amour-propre est ébranlé, jusqu’à ce que la culpabilité le rattrape.

Quant à la conclusion, si certains la trouveront un peu facile, elle fonctionne malgré tout plutôt bien et achève de mettre en valeur une écriture juste. En somme un premier essai réussi, à découvrir.

INFORMATIONS


Titre original : Things People Do
Réalisation : Saar Klein
Scénario : Saar Klein et Joe Conway
Acteurs principaux : Wes Bentley, Vinessa Shaw, Jason Isaacs
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : 18 Février 2015
Durée : 1h50min
Distributeur : Chrysalis Films
Synopsis : Bill, un père de famille dévoué, perd son travail du jour au lendemain. Il n’a alors pas d’autre choix que celui d’entrer, presque à son insu, dans l’illégalité. Quand il se lie d’amitié avec un inspecteur de police, c’est la double vie qui est désormais la sienne qui risque à terme d’être révélée…

BANDE-ANNONCE