Affiche du film TUCKER & DALE FIGHTENT LE MAL

Tucker et Dale sont deux gentils péquenauds venus se ressourcer en forêt. Ils y rencontrent des étudiants venus faire la fête. Suite à un quiproquo entraînant la mort d’un des jeunes, ces derniers pensent que Tucker et Dale sont des serial killers qui veulent leur peau, alors que nos héros pensent que les jeunes font partie d’une secte et qu’ils sont là pour un suicide collectif ! C’est le début d’un gigantesque malentendu dans lequel horreur et hilarité vont se mélanger.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 1 février 2012
Réalisé par
Film américain, canadien
Avec , , Katrina Bowden, Jesse Moss, Chelan Simmons
Durée : 1h28min
Titre original : Tucker and Dale vs Evil
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

OK, le titre VF est assez effrayant, je vous l’accorde. Mais ne fuyez pas trop vite ! Ce premier film d’Eli Craig, qui a fait ses premières armes sur des clips et des pubs (et qui fait un cameo en tant que cameraman dans ce film), est tout bonnement l’un des (le ?) meilleurs hommages humoristiques aux slashers depuis… (oui, j’assume cette phrase).

Plus sérieusement, cette comédie d’horreur est totalement déjantée et on s’amuse autant que devant un film comme Shaun of the Dead. Elle oppose deux “gueules” interprétées par Tyler Labine (acteur habitué au théâtre d’improvisation que l’on a pu apercevoir dans de nombreuses séries de Fais-Moi Peur à Mad Love en passant par ) et Alan Tudyk (lui aussi vu dans des séries comme Firefly, , Dollhouse ou récemment dans Suburgatory) à de classiques jeunes étudiants en week-end avec notamment des jeunes filles habillées sexy (par exemple Chelan Simmons, vue dans , et surtout Katrina Bowden de ). Labine et Tudyk sont excellents dans leur interprétation de beaufs un peu idiots partis retaper une baraque au fin fond de la forêt.

Photo (1) du film TUCKER & DALE FIGHTENT LE MAL

[pullquote]Ce premier film d’Eli Craig, qui a fait ses premières armes sur des clips et des pubs (et qui fait un cameo en tant que cameraman dans ce film), est tout bonnement l’un des (le ?) meilleurs hommages humoristiques aux slashers depuis… La Cité de la Peur (oui, j’assume cette phrase).[/pullquote] Jouant avec le gore mais également avec un humour assez gras, de manière soutenue mais avec intelligence, l’action est savamment dosée et en regard de sa durée relativement courte (moins d’1h30), on ne s’ennuie jamais. Le scénario se joue des clichés classiques du survival-movie en les détournant de manière complice avec le spectateur mais sans la lourdeur (qu’on peut trouver efficace mais qui reste abêtissante) d’un . Les morts s’accumulent et malgré une bande-annonce peu avare d’images gores, on reste surpris de l’inventivité du film même si les ressorts sont évidemment très faciles à suivre. Amusantes aussi, des répliques totalement décousues et surréalistes parsèment le film en adjoignant au propos humoristique du film un peu de morale, un peu d’intrigue et… de la philosophie à deux balles.

Les références ne manquent évidemment pas dans ce film ( et Vendredi 13 notamment) et on comprendra à la fin du visionnage (pour peu que l’on soit sensible à l’humour et au cinéma de genre) pourquoi Tucker & Dale Fightent le Mal, en plus de sa sélection au en 2010, a remporté le Prix du Meilleur Premier Film aux festivals de Fantasia et de Stiges, ainsi que le Prix du Meilleur Réalisateur au Fantaspoa. Le film n’est pas très intellectuellement engageant évidemment mais ce slasher comique fait passer un excellent moment de cinéma gore, hommage aux 80’s certes, mais pas que.

Photo (2) du film TUCKER & DALE FIGHTENT LE MAL