Affiche du film UN CHIC TYPE

Ulrik est un chic type. Certes, il a tué et abîmé quelques personnes, mais cela fait partie du métier quand on est un malfrat. Tout comme aller en prison, d’ailleurs. Ulrik est vraiment un chic type. Il n’a pas d’envie particulière et n’exige rien. D’ailleurs, il ne réfléchit pas trop à ce qu’il fait non plus. Le gîte et le couvert sont son seul salaire en échange des services qu’il rend qu’il s’agisse de donner de l’affection ou de liquider un ennemi. Ulrik est un chic type… mais jusqu’à quel point?

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 2 février 2011
Réalisé par
Film norvégien
Avec , , ,
Durée : 1h47min
Titre original : En Ganske Snill Mann
:

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

S’il n’y avait qu’un mot pour définir Un Chic Type, ce serait « poétique ». Pourtant, d’une certaine manière, le ton de ce film est réaliste. Pas de paillettes, de mondes féériques ou de sublimes paysages. Il se situe d’ailleurs dans un milieu difficile, puisque le protagoniste principal vient de sortir de prison et doit encore se venger. Seuls décors donc : la ville, une chambre pratiquement insalubre ou encore un garage. La poésie est pourtant bel et bien ici. Ici, dans le regard du réalisateur porté sur ces personnages.

Photo (1) du film UN CHIC TYPE

Ce film commence néanmoins lentement, imposant le silence permanent d’Ulrik, interprété par Stellan Skarsgard. Mais ce personnage se révélera, en compagnie des autres, attendrissant, amusant, et finalement complexe. Ulrik parle peu mais son attitude en dit long. Pourquoi ce tueur est un chic type ? Parce qu’il ne dit pas non. Etre un chic type implique donc pour Ulrik de coucher, par obligation, avec sa trop-peu-ravissante logeuse ; une « rencontre » des plus hilarantes du film. Nous ne pouvons pas nous empêcher de nous moquer de cette femme, abîmée par l’âge et la négligence, qui approche Ulrik. Le spectateur est-il pour autant un monstre sans cœur ? Absolument pas. Nous rions, il est vrai, mais immédiatement après nous nous prenons d’affection pour ces personnages, un peu perdus, maladroits et terriblement touchants. L’humour est ici utilisé avec délicatesse pour permettre une rencontre inattendue entre le spectateur et des personnages qui, finalement, pourraient être nous.

Photo (2) du film UN CHIC TYPE

L’humour tient aussi au décalage, comme l’expose précisément le synopsis du film, entre un meurtrier et l’homme ainsi présenté. Il cède, se montre calme, pratiquement passif, et pourtant il a tué et tuera encore. toujours. Un titre décalé pour un film qui l’est peut-être tout autant. L’humour n’est pas seulement présent dans ces situations. Il faut apprécier chaque détail : un geste discret, une partie du décor et une particularité des tenues vestimentaires sont autant de détails qui déclenchent ce rire spontané, parfois moqueur. Des sentiments se mêlent ainsi dans notre fort intérieur : le rire et la joie à la culpabilité.

Un Chic Type est une de portraits. De sobres peintures de « perdants » ou d’exclus qui se révèlent attachants par leur maladresse et leur honnêteté. Un chic film.

1
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Challenger Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
Challenger
Invité
Challenger

c’est vrai que l’humour Stimorol ça peut être parfois sympa. Un peu lourdingue mais à mon avis à voir après l’apéritif – ou la poire.