On a vu UN DÉBUT PROMETTEUR en Avant- Première au Festival du Film Francophone d’Angoulême, qui a lieu du 25 au 30 Août. Il s’agit du second long métrage, après Sweet Valentine, de la réalisatrice-actrice Emma Luchini, fille de Fabrice Luchini, d’après l’œuvre de son compagnon Nicolas Rey, par ailleurs co- scénariste. Elle était présente à la projection, ainsi que les trois jeunes acteurs. Et tous les trois riaient beaucoup, exprimant leur joie d’avoir fait ce film ensemble.

Le coup de foudre que le jeune Gabriel (Zacharie Chasseriaud) va éprouver pour Mathilde(Veerle Baetens) sera de courte durée mais d’une grande intensité ! Véritable tourbillon rafraîchissant, elle lui apportera de la gaité et du rêve, ainsi qu’à Martin (Manu Payet) son boulet de grand frère alcoolisé et à leur père Francis incarné par Fabrice Luchini.

Manu Payet, après avoir réalisé Situation amoureuse: c’est compliqué, et qu’on avait adoré dans Radiostarss’essaie ici avec assez de bonheur à un genre plus sérieux et profond que d’habitude. Il est plutôt crédible mais perce parfois le Manu Payet que nous connaissons, y compris dans les dialogues de la réalisatrice Emma Luchini puisque Mathilde prononce son fameux “Les gars j’ai une idée” (ceux qui aiment la cornemuse comprendront). Veerle Baetens, vue récemment dans Alabama Monroe est solaire et parfaite pour ce rôle, et elle chante divinement bien. Fabrice Luchini fait le job du père avec retenue et délicatesse mais c’est normal, c’est Luchini. Quant au jeune Zacharie Chasseriaud, même si nous comprenons que cela fait partie du personnage,  il gagnerait à adopter un jeu plus sobre…comme celui qu’il avait dans Au plus près du soleil.

UGC Distribution

UGC Distribution

Le point positif du film est sans conteste la bande-son, très variée et originale. Le point négatif, est par contre l’absence de scénario, assez décousu et même foutraque, qui part dans tous les sens. Que veut nous montrer la réalisatrice ? Qu’une rencontre improbable peut changer des vies ? Que la joie c’est plus sympa que les emmerdements ? Et puis, quel personnage suit-on ? Est-ce Martin et ses déboires sentimentaux qui essaie sans grande motivation de sortir de son addiction à l’alcool et aux médicaments ? Est-ce Gabriel, jeune homme sensible au charme féminin et un peu trop excessif dans ses choix ? Ou enfin est-ce Mathilde, jeune femme à la vitalité hors du commun mais dont on sent bien la vulnérabilité et la fuite désespérée en avant si elle ralentit son rythme ?

“On ressort du film avec un sentiment d’inachevé.”

Par ailleurs, le portrait que fait la réalisatrice de cette famille d’hommes, sans femmes ou mères, mortes ou parties, est très bienveillante, même si les trois sont assez peu crédibles en famille.
Certaines scènes sont certes poétiques (la baignade la nuit ou le mariage), d’autres sont drôles avec un certain comique de situation (L’échange médicamenteux entre Martin et Pierre, le dresseur de chien de courses dépressif, est bien vu)… Hélas la présence de ces acteurs ne suffit pas à faire de cette rencontre une bonne comédie dramatique et on ne sait jamais sur quel pied danser.

On ressort d’UN DÉBUT PROMETTEUR avec un sentiment d’inachevé,  comme après le départ de Mathilde et l’éclatement d’une bulle de champagne. Dommage.

LES AUTRES SORTIES DU 30 SEPTEMBRE 2015

INFORMATIONS

Affiche Un début prometteur

• Titre original : Un début prometteur
• Réalisation : Emma Luchini
• Scénario : Emma Luchini, Vanessa David, Nicolas Rey, d’après l’œuvre de ce dernier
• Acteurs principaux : Manu Payet, Veerle Baetens, Zacharie Chasseriaud, Fabrice Luchini
• Pays d’origine : France
• Sortie : 
30 septembre 2015
• Durée : 1h30min
• Distributeur : Gaumont Distribution
• Synopsis
:  Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères…

BANDE-ANNONCE

[CRITIQUE] UN DÉBUT PROMETTEUR

0