Affiche du film Warrior

Ancien Marine brisé, Tommy Conlon rentre au pays et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux mixtes qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu’il espère faire de cet argent. Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s’engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n’ont pas adouci les rancœurs.
Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Au-delà de l’affrontement qui s’annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu’ils défendent, il n’est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d’une vie…

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 14 septembre 2011
Réalisé par Gavin O’Connor
Film américain
Avec Joel Edgerton, Tom Hardy, Jennifer Morrison
Durée : 2h20min
Titre original : Warrior
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

De temps en temps, par le plus grand des hasards, vous croiserez un film porté par le sport de combat qui parvient néanmoins à trouver le juste équilibre entre le drame et l’action et qui plus est (si vous êtes vraiment chanceux), avec plus de drame que d’action qui devient dès lors une toile de fond pour tout le reste. Car c’est uniquement lorsque les combats sont justifiés par un scénario émotionnellement captivant qu’ils deviennent d’autant plus intenses et gratifiants.

Warrior se rapporte à un monde d’arts martiaux mixtes où des gladiateurs des temps modernes s’affrontent dans une cage hexagonale aussi bien debout qu’au sol. La création d’un tournoi international imaginaire, “Sparta”, mettra sur la même trajectoire Paddy (Nick Nolte), Brendan (Joel Edgerton) et Tom Conlon (Tom Hardy), qui font tous partie d’une famille déchirée et éloignée dans le passé par un excès de favoritisme et d’abandon. Tom refait surface dans la société pour obtenir l’aide de son père, au passage ancien alcoolique, afin de l’entraîner physiquement et mentalement en vue de sa participation au tournoi. En parallèle, Brendan retourne transpirer dans les salles d’UFC dans l’espoir de remporter la bourse de 5 millions de dollars pour redonner goût à la vie à sa famille en difficulté. En revanche, comme on pouvait plus ou moins s’y attendre, bien que ces deux chiens enragés affronteront quelques uns des combattants les plus difficiles que le MMA ait engendré, la véritable lutte semble se situer en eux. Paddy se bat pour obtenir le pardon de ses fils, Tom se bat pour prouver à lui-même qu’il est fort physiquement et mentalement et Brendan se bat pour se réconcilier avec sa famille.

Photo du film Warrior

Une histoire magnétique montrant comment les plus grandes forces du monde peuvent être insignifiantes en comparaison avec les troubles d’une famille écorchée vive par le destin.

Chaque frère a ses propres raisons respectables pour affronter les combats, raisons qui feront se diviser les spectateurs lorsque viendra le temps de choisir de supporter l’un ou l’autre des frères finalistes. De son côté, le scénario est presque épique et présenté d’une façon très engagée. Petit à petit, à travers ses dialogues, nous apercevons les épreuves passées de cette famille déchirée et les motivations des personnages pour conserver une telle haine en eux sont révélées progressivement. Cette dramaturgie est bien évidemment rendue possible et crédibilisée grâce à l’immense talent de ces trois têtes d’affiches.Tous trois, chacun à leurs manières, insufflent à leurs personnages un charisme inébranlable. Nick Nolte n’avait pas été aussi touchant depuis de longues, très longues années, Tom Hardy, en apparaissant plus monstrueux que jamais physiquement, nous prouve une nouvelle fois que la méthode de l’Actor Studio n’a pas fini de nous éblouir, et entre les deux, Joel Edgerton n’a pas à pâlir de sa performance même s’il a du mettre les bouchées doubles pour ne pas s’effacer totalement face à ses partenaires.

Seul à l’horizon, le rôle de Jennifer Morrison est sous-exploité et Nick Nolte semble avoir été quelque peu oublié dans le dernier tiers. Le final aurait également pu être traité différemment mais comment éviter les clichés avec un sujet qui est un cliché à lui seul (deux frères s’affrontant jusqu’en final dans un même tournoi). C’est pourquoi il convient d’avouer que dans l’ensemble, le réalisateur s’en sort très bien.

Warrior est un de ces films de sport qui mélange avec un charisme inimaginable de prime abord un combat aussi bien physique que psychologique. C’est une histoire magnétique montrant comment les plus grandes forces du monde peuvent être insignifiantes en comparaison avec les troubles d’une famille écorchée vive par le destin. Warrior est sans aucun doute l’une des plus belles émotions de ces derniers mois et peu importe que vous soyez un inconditionnel du MMA ou non, les combats possèdent une telle aura, une telle dose d’adrénaline que vous n’aurez auncun mal à en apprécier le spectacle.

Photo du film Warrior

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
0 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :

[critique] Warrior

1