Après une présentation au Sundance Film Festival et au South by Southwest Festival, WELCOME TO LEITH est le second documentaire en compétition au Champs-Elysées Film Festival, après le très bon Cartel Land.

Bienvenue à Leith, petite bourgade du Dakota du Nord. Ville désertée de 24 habitants, étendue sur 8km2, où règne la solidarité rurale du nord américain, ainsi qu’une relative joie de vivre. Du moins jusqu’à l’arrivé de Craig Cobb, un suprémaciste blanc d’une soixantaine d’année, qui compte prendre légalement le pouvoir de Leith pour y installer une communauté néo-nazi et ainsi protéger la « race » aryenne.

C’est donc une histoire ahurissante, presque surréelle, que nous propose WELCOME TO LEITH. Avec l’arrivée de ce personnage l’équilibre de la ville bascule. Les habitants prennent peur face au plan machiavélique de Craig Cobb qui rachète un à un et pour une bouchée de pain des terrains de Leith, et les revend ou les cèdent à des amis ou des organisations néo-nazi. Le documentaire suit cette escalade de la peur et de l’exaspération des habitants qui, face à ce personnage abjecte, intelligent, manipulateur et procédurier, cherchent tous les moyens possibles pour l’empêcher de nuire.

© Droits réservés

© Droits réservés

Au delà de la seule situation de la ville de Leith, qui sert finalement d’illustration à un propos plus large, WELCOME TO LEITH donne à voir la persistance de l’idéologie néo-nazi et ses moyens de diffusion. Craig Cobb, qui se revendique comme « un des plus grands racistes du monde », prône en effet ouvertement l’extermination des populations afro-américaines et juives. Le documentaire pose alors la question de la liberté d’expression, véritable droit humain inaliénable et amendement fondateur de la constitution américaine, dont l’absence de limite pose inévitablement problème lorsque celui-ci permet l’appel à la haine et au meurtre. Tout au long du film Craig Cobb en est que plus détestable d’avoir la loi de son côté. Il diffuse sans complexes son idéologie, achète légalement des propriétés privées pour mettre son plan en œuvre, provoque verbalement les habitants, et est dans son droit d’organiser des tours de garde armés dans la ville…

« Un documentaire édifiant sur une histoire incroyable et un personnage répugnant. Passionnant et nécessaire. »

Au milieu des frissons que procure le film, par la réalité de la situation et pourtant un aspect presque absurde, on ne peut parfois pas s’empêcher de lâcher un léger rire gêné face aux propos hallucinants qui sont tenus et l’aplomb avec lequel ils sont dis. Certaines situations sont en revanche très drôles pour leur ironie, mais je ne me risquerai pas à les gâcher ici… En quelque sorte WELCOME TO LEITH fait parti de ces films documentaires relatant des faits si incroyables que, après visionnage, on se dit : « c’est si dingue que dans un film ce serait invraisemblable ». Ainsi, après projection, le producteur du film nous a indiqué que lorsque l’histoire a été pour la première fois rapportée par le New York Times, rien n’a été pris au sérieux, n’apportant que rires et moqueries. Ce documentaire en est alors que plus nécessaire…

Welcome to leith

La grande qualité du film est que les deux réalisateurs, Michael Beach Nichols et Christopher K. Walker, ne cèdent pas à la tentation du procès et préfèrent une approche bien plus objective et donc efficace. Chacun des deux camps opposés sont en effet abordés avec le même sérieux et chacun peut s’exprimer. Les images parlent d’elles mêmes : la peur règne à Leith et l’Etat est impuissant. WELCOME TO LEITH crée une véritable empathie pour les habitants qui se sentent injustement abandonnés et ne savent plus comment répondre à cette haine. Leurs actions de résistances posent d’ailleurs elles aussi question et font débat, car, quoi qu’il en soit, Craig Cobb et ses acolytes restent des citoyens n’enfreignant aucune loi.

WELCOME TO LEITH est une bonne claque. Un documentaire nécessaire et édifiant sur une histoire incroyable et un personnage répugnant. Passionnant de bout en bout, le film ouvre à la réflexion et au questionnement. Le film réserve, en outre, bien d’autres surprises, et inévitablement on en ressort ébahi, choqué. En somme un excellent documentaire, qui je l’espère sera un jour distribué en France, le message du film n’étant en effet pas propre aux Etats-Unis.

WELCOME TO LEITH a été projeté dans le cadre du Champs-Élysées Film Festival 2015

INFORMATIONS


137461.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

– CEFF 2015 : ATMOSPHÈRES URBAINES : DETROIT
– CEFF 2015 : IMAGINAIRES AMERICAINS : DESERT
– CEFF 2015 : RETROSPECTIVE FRIEDKIN
– CEFF 2015 : SÉLECTION EMILIE DEQUENNE
– CEFF 2015 : la programmation
– CEFF 2015 : les films en compétition

Titre original : Welcome To Leith
Réalisation : Michael Beach Nichols, Christopher K. Walker
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : prochainement
Durée : 1h25
Distributeur :
Synopsis : Welcome to Leith est un documentaire relatant la tentative de prise de pouvoir de Craig Cobb, zélateur de la Suprématie Blanche, dans une petite ville du Dakota du Nord. A mesure que son attitude devient menaçante, les tensions montent et les habitants de la ville cherchent désespérément à se débarrasser de cet intrus. Ce documentaire tente de démontrer comment nos principes démocratiques sont remis en question lorsque ces derniers sont poussés à l’extrême.

BANDE-ANNONCE