Qu’on aime ou pas le garçon, il faut admettre qu’il y a quelque chose d’assez fascinant chez Vin Diesel. En quelques années, l’acteur a passé un cap en termes de poids financier. Cela a commencé avec son retour dans Fast and Furious (depuis Fast and Furious 4) comme acteur mais aussi producteur. La saga ayant été relancée, rendue à nouveau populaire à l’échelle mondiale, on a pu voir l’image de Vin Diesel exploser. S’appuyant sur des millions de fans – sur Facebook, Twitter, Instagram… –, il dispose d’une certaine liberté pour monter des projets directement liés à lui, à son histoire et sa carrière. En cela il n’est pas sans rappeler Tom Cruise, pour et par qui les films sont aujourd’hui conçus.

Tout en développant toujours mieux le style Fast and Furious, Vin Diesel avait rapidement annoncé vouloir relancer ses autres rôles qui l’avaient popularisé ; Riddick (de l’excellent Pitch Black) et Xander Cage (xXx). Le premier eu droit pour troisième opus (après Les Chroniques de Riddick) à une modeste série B, pas à la hauteur de nos attentes. Le second – après l’anecdotique xXx 2 : The Next Level avec Ice Cube pour remplacer Vin Diesel – ne s’annonçait pas forcément mieux, laissant craindre à un bon gros nanar. Seulement cette fois, la « patte Vin Diesel » a rempli son office. xXx : REACTIVATED s’avérant être une très bonne surprise, parvenant à tendre vers quelque chose de Fast and Furious, tout en s’en acquittant avec encore davantage d’ironie et d’autodérision.

Le premier xXx, réalisé au début des années 2000 par Rob Cohen (également réalisateur du premier Fast and Furious), avait quelque chose de plus modeste – une production à 70 millions de dollars de budget tout de même -, plus concentré sur le personnage pour en faire une alternative hardcore de James Bond. Forcément aujourd’hui on ne pourrait se contenter du même procédé, et D.J. Caruso l’a bien compris. Sous l’influence certaine de Vin Diesel, le réalisateur aborde xXx : REACTIVATED dans le même style que les derniers opus de Fast and Furious. A savoir proposer de l’action totalement décomplexée, irréaliste à souhait, mais assumée avec du second degré et beaucoup d’humour. Sans oublier l’utilisation d’une multitude de personnages réunis autour du héros incarné par Vin Diesel. On retrouve là d’ailleurs le caractère sacré de la famille et des amis qu’il a toujours prôné dans Fast and Furious et qui est la marque de fabrique de la franchise. Désormais, même dans xXx, il semblerait que derrière la brute se cache un personnage au bon cœur prêt à aider les plus démunis.

[bctt tweet= »Action, humour, et autodérision, xXx : Reactivated est la version réussie de Suicide Squad » username= »LeBlogDuCinema »]

Ainsi, Xander Cage (Vin Diesel) accepte d’aider le gouvernement à récupérer la Boîte de Pandore – un appareil capable de contrôler les satellites en orbite et de les faire s’écraser sur la Terre -, mais cette fois avec son équipe. Une bande de têtes brûlés aussi improbable que le personnage de Xander. Pour rappel, il est à la base un sportif de l’extrême engagé par le gouvernement pour des missions suicides. Si Fast and Furious a toujours gardé un semblant de sérieux avec ses personnages secondaires, ici le film joue sur la caricature et la parodie du genre. Au-delà du personnage Nina Dobrev (géniale !) chargé d’aider à distance l’équipe, et qui n’en perd pas une pour faire des avances SM à Xander, ou de la tireuse d’élite (Ruby Rose) capable de vous coller une balle entre les deux yeux en étant harnachée à un palmier, on retient deux personnages bien particuliers. Un cascadeur attardé qui passe son temps à s’exploser en voiture, et un jeune DJ engagé pour…faire « kiffer les gens ». Tous deux amènent à des situations volontairement aberrantes et drôles, faisant de xXx : REACTIVATED la version réussie de Suicide Squad.

xXx : reactivated

Le film enchaîne donc durant près de deux heures de l’action brute, certes en deçà des scènes de Fast and Furious, mais tout de même jouissives. Entre ses séquences de bourrinage en bonne et due forme, xXx : REACTIVATED y va de nombreux clins d’œil à la saga (un caméo inattendu et hilarant à la fin) ou au genre du film. Notamment lorsque Xander, pour obtenir des informations, se doit de passer la nuit avec une dizaine de jeunes femmes sublimes. Parviendra-t-il à toutes les contenter ? La situation peut forcément être mal jugée (le sexisme atteignant là des sommets), mais par cette petite phrase lâchée par Xander : « qu’est-ce que j’ferais pas pour mon pays ! », on comprend la volonté de parodier un peu plus James Bond (qui enchaîne les conquêtes à chaque film).

Cela peut paraître surprenant, mais en réalité Vin Diesel a souvent défendu (encore une fois via Fast and Furious) une certaine image des femmes à l’écran, pour ne pas en faire que des objets de désirs. Bien sûr il y en a toujours en arrière-plan qui se dandinent en maillot de bain, mais dès qu’il s’agit de personnages secondaires, les femmes sont plutôt mises en valeur. Ici, Ruby Rose et Deepika Padukone forment un excellent duo d’action girl, et disposent d’un minimum de dialogues pour en faire des personnages dignes de ce nom, qui ne se limitent pas à mettre en valeur leur équivalent masculin. On pourra toujours regretter la fin où, comme trop souvent, la femme finit dans les bras du héros mal – le dernier Mission Impossible avait justement brillamment géré, jusqu’au bout, la relation homme / femme. Mais encore une fois il ne faut pas oublier que xXx : REACTIVATED est avant tout à prendre comme une caricature volontaire du genre, qui ne l’empêche jamais d’être un pur divertissement d’une efficacité redoutable.

Pierre Siclier

Votre avis ?

BANDE-ANNONCE