A la veille des fêtes de Noël, Frank et sa famille se rendent en voiture chez les parents de sa femme pour y passer le réveillon. Mais le père a le malheur de prendre un raccourci. Sur leur route, ils croisent bientôt une femme en blanc, qui augure de mauvais présages…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 2007 en DVD en France
Réalisé par Jean-Baptiste Andrea, Fabrice Canepa
Film franco-américain
Avec Ray Wise, Alexandra Holden, Amber Smith
Durée : 1h25min
Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Tout d’abord, rappelons la génèse de ce Dead End qui aura connu bien des déboires avant que nous puissions le voir. Les deux réalisateurs, Jean-Baptiste Andréa et Fabrice Canepa rédigent le scénario du film en 2000 et cherchent à en faire un court métrage. Malheureusement, en France, personne ne s’intéresse au projet et après avoir épuisé toutes leurs ressources, les deux comparses se résignent. La chance va leur sourire en la personne de James Huth (réalisateur de Brice de Nice et de Hellphone , dans lequel il fera un clin d’œil en projetant aux tourtereaux de son film, Dead End) qui accepte de co-produire leur film et contacte une amie d’enfance Gabriella Stollenwerck. L’affaire est lancée, les deux frenchies partent aux Etats-Unis réaliser leur film qui sortira dans beaucoup de pays sauf en France (« nul n’est prophète en son pays ») et rafflera de nombreux prix dans les festivals dans lesquels il sera présenté. Fort est de constater une fois de plus que le cinéma de genre ne fait pas recette en France, et même si ces dernières années, le genre connaît un nouveau souffle, les nouveaux talents fuient à l’étranger afin de réaliser leur rêve. Ce n’est donc que fin 2007 que ce film arrivera chez nous directement en DVD sans connaître une sortie en salles…

Dead End, bien qu’étant un film d’horreur, s’attache particulièrement à ses personnages, une famille éclatée où chacun a ses petits secrets qui vont être révélés au cours de cette aventure funeste. Les co-réalisateurs manient l’humour noir et l’ironie avec aisance et s’amusent à gratter le vernis de leurs personnages jusqu’à l’os, sans toutefois faire montre d’une certaine tendresse envers eux. Dead End est un portrait ludique qui tourne souvent à l’absurde se laissant même aller à quelques scènes scabreuses. De grands moments de tension saupoudrés d’humour grinçant permettant au spectateur de ne jamais s’ennuyer malgré le peu de protagonistes et le manque de décor ( la majorité de l’action se déroulant dans la voiture ou à ses abords). Les acteurs sont fascinants et assurent pleinement le spectacle livrant des prestations étonnantes. Bien que Dead End ne soit pas exempt de défauts : il aurait gagné à être en format de moyen métrage car on sent quand même que l’intrigue a été tiré au maximum pour devenir un long et bien que le twist final soit assez prévisible, pas de quoi bouder ce sympathique film qui laisse une grande place à la suggestion et provoque l’enthousiasme.

Jean-Baptiste Andréa et Fabrice Canepa ont réalisé leur rêve par le biais de ce film qui aura mis 4 ans à être découvert en France (si on excepte sa présentation au Festival de Gérardmer en 2003). A ce jour, seul Andréa a réalisé un autre film, Big Nothing (avec David Schwimmer et Simon Pegg), toujours hors de nos frontières, à croire que seuls les Anglo-Saxons savent reconnaître le talent…