En attendant la sortie de sa série Heartstrings, Dolly Parton est à l’honneur dans ce feel-good movie de et se donnent la réplique pour un moment divertissant.

Dans l’Amérique dure, les clichés et les obstacles au succès sont nombreux. L’American Dream pour lequel tant d’étrangers ont immigré de leur pays depuis le Mayflower au XVIIe siècle semble n’être désormais qu’un lointain souvenir. Pour permettre de réaliser ses rêves, les concours de beauté et de miss sont souvent un ticket d’or pour des centaines de jeunes filles à travers les États-Unis. C’est notamment la raison pour laquelle le concours de Miss America, qui a débuté en 1921 dans le New Jersey, est devenu une organisation nationale offrant des bourses à des femmes talentueuses. Pourtant, ces compétitions restent régies par de nombreux stéréotypes et préjugés puisqu’aucune femme Afro-Américaine n’a participé à Miss America avant 1970 avant que Vanessa Williams ne soit la première à le remporter en 1983.

Dans DUMPLIN’, les stéréotypes sont toujours présents mais concernent désormais le poids des jeunes filles dans ces concours. Si depuis juin 2018, Miss America a déclaré ne plus se baser sur des critères physiques, l’apparence reste très importante…. Ce qui ne pose pourtant pas de problèmes à Willowdean (Danielle Macdonald) qui décide de s’inscrire à un concours co-organisé par sa mère (Jennifer Aniston), ancienne reine de beauté.

Un film avec de nombreuses bonnes intentions malgré quelques fausses notes.

Dès les premières minutes, le ton du film est donné alors qu’une voiture roule sous les couleurs chatoyantes d’un soleil couchant. Willowdean, alors enfant, passe du temps avec sa tante, une femme aussi sûre d’elle que fan de Dolly Parton. C’est sur les chansons de cette dernière que la jeune fille va grandir loin des spotlights qui semblent avoir aveuglé sa mère qui reste enfermée dans un rêve qui ne s’est pas réalisé. Alors que les désaccords entre la mère et la fille sont de plus en plus présents, cette dernière décide de participer avec ses amies à un concours pour prouver à l’ancienne miss qu’elle n’est pas définie par son apparence physique.

Photo du film DUMPLIN'

Avec un scénario aussi fleur bleue et peu surprenant, il est clair que DUMPLIN’ n’est pas le film de l’année. Cependant, il reste divertissant alors que les jeunes candidates s’allient pour faire évoluer les mentalités. Willowdean revendique ne pas être la Jeanne d’Arc des grosses et pourtant elle va mener une véritable protestation contre les diktats et les règles archaïques des concours de beauté. Cependant, la réalité semble être édulcorée alors que les jeunes filles ne font quasiment pas la dure expérience qui se cache parfois derrière les concours de beauté ou encore les stigmates de la vie au lycée.

Le point fort de ce film reste avant tout la bande originale de Dolly Parton. Véritable inspiration de Willowdean ainsi que de sa tante, cette dernière veille sur les personnages tel un ange gardien scintillant. La rencontre des jeunes filles avec un groupe de drag queens qui reprennent uniquement des chansons de Dolly reste un des meilleurs moments du film. Comme le disait l’interprète de Jolene, « it’s a good thing I was born a girl, otherwise I’d be a drag queen« .

Photo du film DUMPLIN'

Contrairement à beaucoup de comédies romantiques, l’héroïne ne se définit pas par rapport une relation amoureuse. En effet, elle ne souhaite pas s’inscrire au concours et essayer de prouver sa valeur pour gagner le cœur d’un prince charmant car celui-ci est déjà sous son charme. Le cœur du scénario réside au contraire dans la capacité de Willowdean à accepter de s’aimer seule avant de permettre aux autres de l’aimer. Une décision scénaristique faiblement revendiquée mais fort appréciable alors que Netflix s’échine inlassablement à fidéliser grossièrement une public à coups de nombreux messages destinés à la communauté LGBTQ+ ou au féministes.

Si beaucoup se risqueraient à comparer DUMPLIN’ à Little Miss Sunshine, il serait plus judicieux de le rapprocher à La Revanche d’une blonde : l’histoire de deux jeunes femmes victimes de clichés qui vont vouloir prouver aux autres qu’elles sont aussi méritantes que tout le monde avec en prime l’acquisition d’une confiance en soi inébranlable. Restons malgré tout francs, ce long-métrage n’est pas le film de l’année mais il reste agréable à regarder et permet de se détendre au son de la délicieuse bande originale signée Dolly Parton.

Sarah Cerange

Votre avis ?

Dolly Parton fait de l'ombre à Jennifer Aniston dans DUMPLIN' - Critique
Titre original : Dumplin'
Réalisation : Anne Fletcher
Acteurs principaux : Danielle Macdonald, Jennifer aniston, Odeya
Date de sortie : 7 décembre 2019
Durée : 110 min
2.5Reposant
Avis des lecteurs 0 Avis