Photo du film L'ARTISTE ET SON MODÈLE

L’ARTISTE ET SON MODÈLE est une belle surprise. Un film qui passe un peu inaperçu lors de sa sortie (en mars dernier) et pourtant un vrai petit bijou. Le film frappe déjà par son originalité : le choix du noir et blanc d’une part, et le sujet mettant en scène un artiste (sculpteur) en fin de carrière campé par un acteur d’une justesse épatante, . Entre fragilité et tension dramatique, ce dernier incarne à la perfection les aspirations d’un artiste tendu vers son œuvre ultime.

Film hommage à son frère décédé, sculpteur, a attendu l’âge de la maturité pour enfin réaliser ce qu’il portait en lui depuis longtemps. Au-delà d’une sensibilité à fleur de peau, L’ARTISTE ET SON MODÈLE est une véritable ode à la Nature, un bain de jouvence pour le regard qui apprécie le cadrage précis et les images qui se figent parfois comme autant de photographies baignées par la lumière du Sud. C’est en effet les Pyrénées-Orientales mais aussi le Parc naturel de la zone volcanique de la Garrotxa, en Espagne, qui servent de décor à l’intrigue. Nombreuses sont les scènes où l’on voit la jeune Mercé, modèle du sculpteur, pédaler dans la forêt ou se baigner dans un lac, illustrant par là même l’idée de l’artiste selon laquelle seules la Nature et la femme sont sources de beauté, et donc une création de Dieu.

Photo du film L'ARTISTE ET SON MODÈLE

L’ARTISTE ET SON MODÈLE est une véritable ode à la Nature.

Le film brasse différents thèmes liés à la création artistique : l’insatisfaction de l’artiste, ses inspirations (ici le corps de la femme à travers Mercé, mais aussi , incarnant sa femme, autrefois mannequin réputée, ou encore des passantes à la terrasse d’un café), ses colères et ses moments de réflexion sur la vie et l’œuvre de ses condisciples. Pour exemple, une très belle scène où Jean Rochefort explique à la jeune Mercé toute la tendresse émanant d’une esquisse de Rembrandt.

L’ARTISTE ET SON MODÈLE est un film fort, touchant et qui dégage une grâce certaine. Sur fond de Seconde Guerre mondiale – le contexte politique reste très peu présent – Fernando Trueba rend hommage à la création et donne à Jean Rochefort un rôle presque sur-mesure que l’on sent en accord avec l’homme et sa sensibilité profonde.

LE FILM
[rating:8/10]

Affiche du film L'ARTISTE ET SON MODÈLE

Été 1943, dans la France occupée, non loin de la frontière espagnole. Marc Cros, célèbre sculpteur, vit avec sa femme Léa qui a longtemps été son modèle. Fatigué de la vie et de la folie des hommes, il est à la recherche d’une inspiration nouvelle, mais rien ne semble le sortir de la monotonie ambiante. Léa repère Mercé, une jeune espagnole échappée d’un camp de réfugiés, et lui propose de poser pour son mari. Le vieil artiste découvre alors une nouvelle muse et s’attelle à sa dernière œuvre…
Titre original : L’artiste et son modèle
Réalisation : Fernando Trueba
Scénario : Jean-Claude Carrière et Fernando Trueba
Acteurs principaux : Jean Rochefort, , Claudia Cardinale, , , ,
Pays d’origine : France, Espagne
Sortie : 19 novembre 2013 (DVD)
Durée : 1h45
Distributeur :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

DVD du film L'ARTISTE ET SON MODÈLE

Editeur : Bac Films
Distributeur : Zylo
Nombre de disque(s) : 1
Format : DVD-9
Boîtier : Keep Case
Bitrate : –
Authoring : –
Format vidéo : 2.35
Zone : 2
Standard : PAL
Image : Noir et Blanc
Audio : Dolby Digital Français 5.1
Sous-titres : Aucun
Sourds et malentendants : Français
Suppléments
– Le cinéaste et ses modèles
– Bandes-annonces

LE DVD
[rating:7/10]

L’originalité du DVD tient beaucoup au choix du noir et blanc qui rend d’autant plus visible les jeux de lumière entre clarté du soleil et ombre tellement importants dans l’appréhension d’une œuvre sculptée. La bande musicale est absente de ce film qui a choisi de mettre en avant le silence lié à la création, avec pour seule présence la voix des acteurs, et éventuellement les sons de la nature. C’est un parti-pris réussi qui ne crée aucune lenteur ou un quelconque ennui. Les suppléments sont intéressants pour la partie consacrée à l’interview du réalisateur. On regrette un peu le making-of réalisé par Aida Folch qui la laisse absente des images : un clin d’œil de l’actrice pour ce film où elle pose nue la plupart du temps.