Photo du film HUNGER GAMES - L'EMBRASEMENT

Promu de manière assez confidentielle, en comparaison des blockbusters sortis au printemps 2012, le premier volet de HUNGER GAMES avait fait l’effet d’une bombe. Aidé par un imposant bouche à oreille mis en place par les lecteurs de la trilogie originale, nous nous étions surpris à attendre nous aussi la sortie de cette nouvelle adaptation d’un roman de science-fiction. Injustement comparé à HARRY POTTER et autres TWILIGHT, le pitch nous avait enthousiasmés.

Ce deuxième volet, cette fois-ci réalisé par (JE SUIS UNE LEGENDE, « Bad Romance » de Lady Gaga, « Run The World (Girls) » de Beyoncé…), fait directement suite au premier film. Katniss () et Peeta () sont contraints de réaliser une tournée des vainqueurs, les faisant voyager à travers tout Panem. Ils ont pour devoir de divertir les habitants des douze districts, de leur faire oublier leurs soucis du quotidien. Menacée par le Président Snow, Katniss voit dans cette tournée la possibilité d’assurer la protection de sa famille restée dans le 12ème district. Ni Peeta ni Katniss ne s’attendent à avoir été érigés au rang d’emblèmes, d’icônes, par les habitants des autres districts. Katniss tente de se lancer corps et âme dans cette mascarade, avec le soutien indéfectible de Peeta. Cependant, cette tournée des vainqueurs met la relation de Katniss avec Gale () en danger. Parallèlement, des signes de révolte se font sentir à travers tout Panem. Le Capitole décide d’y répondre par la force, ce à quoi Katniss et Peeta assistent, impuissants.

La dernière heure correspond à la 2ème partie du film ainsi qu’aux 75ème Hunger Games. Cette année-là, ils ont la particularité de ne réunir que les vainqueurs des éditions précédentes, après tirage au sort. Ces jeux appelés « Jeux de l’Expiation » ont été instaurés par le Capitole afin de rappeler à tous que personne n’est immortel. Forcément doté de candidats aguerris, cette édition s’avère des plus palpitantes et donc des plus sanglantes. Pendant une heure se côtoient donc ruse et peur, violence et morts…

Photo du film HUNGER GAMES - L'EMBRASEMENT

HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT se révèle plus violent, plus intense et plus spectaculaire que le premier volet. Un régal !

Sur le papier, ce second volet donnait l’impression d’un HUNGER GAMES 1 bis. Mais rassurez-vous, il n’en est rien. Si l’arc narratif est sensiblement le même, contexte politique en première partie et édition des Hunger Games en seconde, c’est un mal pour un bien. Le scénario co-écrit par (LITTLE MISS SUNSHINE) et (127 HEURES) est brillant. Il permet au spectateur d’entrer en profondeur dans la psychologie des personnages, chose qui manquait cruellement au premier volet. Les petites erreurs de ce dernier ont d’ailleurs été corrigées, pour notre plus grand bonheur. La dimension politique et dystopique de HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT est savamment mise en scène, poussant chacun à faire le parallèle avec des régimes qui lui sont familiers. Plus qu’une nouvelle édition des Hunger Games, cette 3ème Expiation permet de rendre hommage à ceux injustement sacrifiés. Notamment Seneca Crane (Wes Bentley) et Rue (Amandla Sterberg), dont la mort nous avait tous remués.

Puissante et parfaite, la récemment oscarisée Jennifer Lawrence fait preuve d’une impressionnante constance. Incroyablement juste dans son interprétation de cette Katniss fragile et pourtant investie d’une mission, on ne peut s’empêcher de penser à cette chère Buffy Summers de la série « Buffy contre les vampires ». Avec HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT, Jennifer Lawrence se creuse encore un peu plus une place de choix sur les collines de Hollywood. En excellant tout aussi bien dans les blockbusters que dans les films indépendants. Nous noterons également l’évolution de Peeta, remarquable et bien traitée. Dans ce HUNGER GAMES 2, il n’est plus le maillon faible du binôme, le boulet de service, mais véritablement le second protagoniste de ce film. De plus, les « méchants » de cet opus, (alias le Président Snow) et (alias le Haut Juge Heavensbee), sont aussi charismatiques qu’intrigants et redoutables. Nous faisant ainsi présager le pire, en terme de manigances et de complots, pour les deux prochains films.

Il va sans dire que le succès (principalement public) de HUNGER GAMES se ressent dans la suite. Alors que le premier volet était doté d’un budget de 78M$, celui du second volet avoisine les 140M$. Cette différence est notamment visible au niveau des décors des scènes au Capitole – qui rappellent sans cesse GATSBY LE MAGNIFIQUE de Baz Luhrmann par la décadence des soirées qui s’y tiennent – et des costumes. Mention spéciale pour les costumes portés par Elizabeth Banks, qui interprète Effie Tinket. Ses vêtements ayant été conçus par Liz Vastola, le Capitole couture et la maison Alexander McQueen, ils sont d’une beauté sans précédent. Bien évidemment déconseillé aux moins de 12 ans, HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT se révèle plus violent, plus intense et plus spectaculaire que le premier volet. Un régal !

NOTE DE L’AUTEUR
[rating:8/10]

Affiche du film HUNGER GAMES - L'EMBRASEMENT

Gagnants des 74e Hunger Games, Katniss Everdeen et Peeta Mellark effectuent la tournée des vainqueurs à travers tous les districts de Panem. Mais ils doivent ensuite retourner dans l’arène, dans la mesure où la 75e édition de ces Jeux est celle de l’« Expiation », tenue tous les 25 ans. Celle-ci met aux prises 24 des anciens vainqueurs encore en vie, deux par District. Déterminés à se protéger l’un l’autre, les deux adolescents doivent affronter de multiples dangers mortels lors de ces Jeux, personnalisés par leurs adversaires ou par une série de catastrophes planifiées. Nouant des alliances avec d’autres concurrents, s’en sortiront-ils cette fois, et de quelle manière ? Dans le même temps, la rébellion contre le Capitole prend de l’ampleur dans les districts, et Katniss, le « Geai Moqueur », en devient le principal symbole

Titre original : The Hunger Games: Catching Fire
Réalisation : Francis Lawrence
Scénario : Michael Arndt et Simon Beaufoy
Acteurs principaux : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, , , Donald Sutherland, Philip Seymour Hoffman
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : 27 Novembre 2013
Durée : 2h26
Distributeur : Lionsgate
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url