On pourrait croire à un pamphlet limite colonialiste maquillé en fable sociale de prime abord mais Indian Palace est en réalité tout autre chose. John Madden (qui n’a rien à voir avec l’ancien entraîneur de football américain bien sûr) réalise ici un film à la saveur à la fois extrêmement british et bigrement dépaysante. Entouré d’une distribution de premier ordre pour ce qui est de la touche anglaise avec notamment une toujours truculente et excellente Maggie Smith, sa comparse de Downton Abbey Penelope Wilton et surtout des distingués et touchants Bill Nighy et Judy Dench, il confronte dans son adaptation du roman Ces Petites Choses de Deborah Moggach (2004) des retraités anglais désormais assez fauchés et relativement “grisâtres” à l’exubérance d’une Inde fantasmée, colorée, jeune et… tout aussi fauchée en fait.

Cette exubérance est illustrée par le personnage de Sonny incarné par le brillant Dev Patel (britannique lui aussi révélé dans Slumdog Millionnaire puis l’excellente série The Newsroom) qui tient l’hôtel prestigieusement délabré où vont vivre nos retraités expatriés et qui va tenter malgré son instabilité financière de faire accepter sa romance avec Sunaina, jouée par Tina Desai (que l’on a depuis pu revoir dans la série des Wachowski Sense8).

“INDIAN PALACE mêle à la fois le feel-good movie et la fable mélancolique de manière élégante et dépaysante.”

De nombreux moments amusants émaillent le film en jouant sur le choc des cultures, des dialogues fins ou des situations de comédie plus classiques en terme d’exagération ou d’absurde mais une certaine mélancolie reste présente tout au long d’Indian Palace, comme un arrière-goût doux-amer. Le destin de chacun des retraités comme les relations entre ceux-ci sont extrêmement touchants (Bill Nighy, Judy Dench et Penelope Wilton sont brillants sur cet aspect !).

Indian Palace mêle à la fois le feel-good movie et la fable mélancolique de manière élégante et dépaysante. Jouant sur plusieurs registres, toute la distribution oscille entre les deux performances et les jeunes acteurs ne déméritent pas face aux vieux de la vieille qui cabotinent parfois mais restent parfaitement dans leur registre dans un film coloré et aussi doux qu’un souvenir de vacances qui revient en tombant sur un vieil album photo…

Eric

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

“INDIAN PALACE”, entre feel-good movie et fable mélancolique

0