Affiche du film KICK-ASS 2

Kick-Ass, Hit Girl et Red Mist sont de retour pour le second volet de l’irrévérencieux pastiche de film de super-héros KICK-ASS 2. L’audace insensée de Kick-Ass a inspiré une pléthore de vengeurs masqués autodidactes, le Colonel Stars & Stripes en tête, auxquels notre héros va s’allier pour patrouiller les rues de la ville et assurer la sécurité générale. Mais quand Red Mist, réincarné en Mother F%&*^r, décide de s’attaquer à ces super-héros amateurs, seuls les sabres acérés de Hit Girl sauront les sauver de la destruction.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Titre original :
Réalisation :
Scénario : Jeff Wadlow
Acteurs principaux : , , ,
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : 21 Août 2013
Durée : 1h43mn
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Vous savez ce qu’on dit des suites ?
Voilà.

Fin de critique.
Très constructif, je sais.

Non, allez ! Fini la rigolade ! On va essayer de bosser un peu !

« Tu as payé pour du Kick-Ass ? Tu as du Kick-Ass ! ». C’est à peu près la devise et la critique que l’on pourrait faire. En effet, j’ai pu croiser de nombreuses critiques dévalorisant fortement ce deuxième opus. Mais ce qui est flagrant, c’est surtout que l’on a ce pour quoi on est venu ! Et en cela, pour ma part, je considère que c’est un bon point.

Matthew Vaughn n’est plus à la réalisation mais à la production. Alors certes, la patte artistique est différente et la réalisation beaucoup moins personnelle (pardon Jeff Wadlow, mais c’est vrai). Il s’agit là d’un premier point attirant réticences et critiques. Oui le film est moins léché et imprégné d’un certain style, mais bon, KICK-ASS, ce n’est pas non plus parce que c’est un film d’auteur que l’on se rue dans les salles obscures. Enfin, c’est ce que je pense.
Le film est désormais plus fluide, rapide et commun dans sa réalisation. Les plans se succèdent pour simplement suivre le déroulement du scénario sans tenter d’apporter une approche nouvelle ou esthétique et personnalisée. Forcément, d’un point de vue purement technique et objectif, c’est un défaut. On a affaire à un film qui déroule mécaniquement ses séquences. L’aspect blockbuster a donc pris le dessus sur l’aspect frais et original du premier opus.

Cependant, cette évolution est presque « obligatoire ». En effet, par sa nouveauté, KICK-ASS (premier du nom) a su créer un environnement unique et rafraichissant. Alors oui, cette deuxième aventure n’est plus une surprise et rentre donc dans le rang.

Ce que l’on ne peut reprocher, par contre, c’est que malgré la plastique désormais formatée, le film et l’esprit du film en lui même n’a pas changé. Et là, on rejoint mon super slogan de début d’article. Quel plaisir de retrouver cette ambiance ! Cette photo, ces couleurs, cette esthétique ! La plastique n’est donc pas totalement morte et enterrée. Les costumes amateurs et l’ambiance générale sont baignés dans un esprit « comics » toujours aussi agréable.
Concernant l’atmosphère générale, on fait toujours face à ces héros (et vilains désormais) ordinaires. Pas de beaux gosses aux 36 abdos, 48 dents ni de top models aux lèvres bonnet E. Les protagonistes sont simples et attachants. L’aspect « réel » de toute cette histoire est donc un peu renforcé par le casting.

Photo du film KICK-ASS 2

Amusant, violent, original, moins surprenant mais jouissif, KICK-ASS 2 est une suite plutôt correcte qui ravira les fans.

Le casting, justement, est très correct et juste. L’arrivée de Jim Carrey est évidemment un plaisir et une réjouissance ! Enfin, je parle pour moi. Peut être que vous, vous vous en foutez. Vous avez le droit, bien entendu. Mais trouver un Jim Carrey en figure paternelle de la ligue de justiciers que les héros vont mettre en place et un plaisir énorme. Un des acteurs les plus drôles et décalé pour un rôle qui l’est tout autant est une idée plutôt bonne. En effet, désormais, KICK-ASS pousse le pastiche jusqu’à la ligue. AVENGERS, bonjour !

La force du film se trouve toujours dans cette capacité d’auto-dérision et ces références constantes au genre : un t-shirt « I hate Reboots », des bulles de textes… L’univers de KICK-ASS qui a séduit lors du premier épisode est toujours présent. On a le droit, dans cette suite, à une tentative d’approfondissement de l’histoire de Chloë Grace Moretz avec des petites histoires de lycéennes etc etc. Mouais. Bon. C’était pas obligé mais pourquoi pas. Ca ne ralentit pas outre mesure l’histoire. Mais ça donne un côté plus « sériesque ». En effet, avec ce deuxième épisode, une envie se dégage en voyant le film : en faire une série ! Les histoires parallèles et notamment les aventures de la ligue des justiciers donnent envie d’en voir plus. De prolonger l’univers que l’on apprécie retrouver.

Cet univers justement, est toujours aussi violent. Un des chocs en voyant le premier KICK-ASS était la violence crue et réelle montrée. L’aspect vrai sur lequel surfe le film nécessite forcément une violence aux aspects véridiques. Et donc oui, les gens meurent, saignent. Et sauvagement. Dans cet opus, surtout, les jets de sang sont encore plus fréquents. C’est aussi un aspect de l’univers KICK-ASS. Tout comme un langage parfois grossier et un humour quelques fois vulgaire. Mais bon, vous étiez au courant non ?

Amusant, violent, original, unique, moins surprenant mais jouissif, KICK-ASS 2 est une suite plutôt correcte qui ravira les fans. Sans en faire trop, ni créer de véritable bouleversement, le film est une simple prolongation d’une aventure que l’on aime ou pas. Un pur divertissement, au postulat original, gonflé à bloc, et qui n’a pas peur d’être unique et d’en faire toujours plus pour se conforter dans son genre. En gros, si vous aimez KICK-ASS, allez-y ! Si vous n’aimez pas KICK-ASS, n’y allez pas ! Si vous avez jamais vu KICK-ASS, c’est votre problème ! Je ne gère pas le remboursement des tickets !

Photo du film KICK-ASS 2