LOL ? Ca veut dire Laughing Out Loud – mort de rire – en langage MSN.
C’est aussi comme ça que les amis de Lola l’appellent. Pourtant, le jour de sa rentrée, Lola n’a pas le coeur à rire. Arthur, son copain, la provoque en lui disant qu’il l’a trompée pendant l’été. Et sa bande de potes a le don pour tout compliquer. Tout comme sa mère, Anne, avec qui le dialogue est devenu impossible, et pas seulement parce qu’elle ignore ce que LOL signifie. Que ses parents aient divorcé est une chose. Qu’Anne traite son ado comme une enfant en lui mentant sur l’essentiel, par exemple sur le fait qu’elle revoit son ex en cachette ou qu’elle se fait draguer par un flic, en est une autre. De son côté, Anne se demande ce qui a bien pu arriver à sa douce petite fille. De la fusion à la confusion, les relations mères-filles bouillonnent d’amour et de LOL.

Note de l’Auteur

[rating:5/10]

Date de sortie : 4 février 2009
Réalisé par
Film français
Avec , ,
Durée : 1h47min
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

N’y a-t-il pas un air de déjà-vu ? vont citer la presse, le public et la grand-mère du voisin. Évidemment : un même thème : de jeunes ados au travers de leur crise, et surtout une même actrice, Sophie Marceau, qui passe d’un rôle d’enfant à celui de mère. Logiquement ironique ! Que l’on évoque La Boum ou un tout autre film avec des adolescents (car en effet il n’en manque pas dans le paysage cinématographique et télévisuel) semble être un film de plus, avec des ados pour attirer les ados. Confidences entre amies, premier grand amour et déception et conflit avec sa mère. Non pas las de l’avoir nous même vécu il y a quelques années qu’est-ce qui nous pousserait à aller voir un énième film traitant de ce même thème ?

Un premier argument serait les clins d’œil aux nouvelles normes générationnelles et à la culture bien française. Une référence à , à la pub Nespresso, etc. sont à prendre comme telles comme des zestes d’humour qui relèverai la banalité du film. Il prend aussi un certain recul face à la culture américaine et à son propre support cinématographique. L’auto-dérision permet donc d’éviter une étiquette ringarde et surtout, la noyade.

LOL (Laughing Out Loud) n’innove pas en matière de langage cinématographique, il ne faut pas s’attendre à voir un grand film d’auteur. Tout au plus il s’amuse de quelques effets en incrustant des fenêtres de discussion MSN : passage obligé pour évoquer le nouveau mode de la (non)-communication des jeunes d’aujourd’hui. Mais ici rien d’étonnant, tout était avoué dès la lecture du titre : LOL, le diminutif de Lola, ou la traduction anglophone du MDR (Mort De Rire) français. Bon si ce film peut parfois faire rire, ne vous attendez pas à en « mourir » car le plus souvent le film glisse, malheureusement, dans la niaiserie, l’excès d’amour et de regards mielleux. Il aurait pu s’en préserver car à défaut d’être profond il aurait pu se contenter d’être un film léger et agréable. La réalisatrice l’a préféré lourd.

On entendra facilement les mauvaises langues dire « Comme si tous les jeunes étaient ultra riches, comme s’ils avaient tous une mère aussi proche… ». En effet le film retrace une bribe de vie d’une certaine jeunesse parisienne (car pour avoir une maison sur deux étages et trois enfants à Paris, mieux vaut avoir un certain revenu). A l’instar des dires de la réalisatrice qui veut démontrer qu’elle a compris les ados, pour ne pas être déçue de LOL (Laughing Out Loud) préférez l’idée de suivre l’histoire simple de Lola, amoureuse et nulle en math à cause d’un garçon.

Acheter le film en DVD