En partenariat avec Cinetrafic, voici un petit tour d’horizon des films qui sortent en salles cette semaine. Action !

Après les bonnes résolutions de la semaine dernière, un autre grand classique des fêtes de fin d’année est à l’honneur cette semaine : la famille. Parce que oui ne nous leurrons pas, s’il faut attendre les fêtes tous les ans pour enfin avoir un prétexte de réunir la famille, il y’a bien une raison : on ne veut pas les voir le reste du temps ! La preuve : attend-on le même jour tous les ans pour voir ses potes ? Non, évidemment. Ce n’est pas pour rien si l’on dit que l’on ne peut choisir que ses amis.

Pour commencer dans le genre « famille à fuir d’urgence », les compatriotes de Demis Roussos nous en servent une belle dans « Canine » : des enfants séquestrés dans la demeure familiale, abrutis par une éducation construite à 100% par les parents et coupés de tout contact avec le monde extérieur. Alors on dit souvent que la télé abrutit notre jeunesse mais voilà qui donne de quoi réfléchir. A leur stade, même Tourner Manège ou La Roue de la Fortune pourrait leur apporter une révélation spirituelle.
Pire, imaginez-vous dans la Famille Wolberg avec François « l’embrouille » Damiens comme papa ? Vous imaginez le tableau ? Papa poule ultra possessif en même temps qu’un eternel adolescent attardé. De quoi faire augmenter les statistiques de fugues grâce à une seule personne. Super Nanny peut aller se rhabiller.

On ne s’étonnera donc pas si certains préfèrent substituer leur foyer d’origine à une famille d’adoption. Et oui, si Arthur décide une seconde fois de rejoindre ses amis les Minimoys, malgré l’intervention de son père, ce n’est pas pour rien. On l’oblige à jouer les garçons de bonne famille bien sages, alors que chez les minimoys, il peut : se coiffer comme un punk, draguer des minimoysettes sexy, faire la teuf, trainer avec des rastas, et même chevaucher des coccinelles. Même si l’histoire ne le dit pas, je soupçonne d’ailleurs cette dernière activité d’être la conséquence directe des substances fournies par ces fréquentations.

De même Darren dans « l’assistant du Vampire » a 14 ans et va donc pouvoir démarrer sa crise d’adolescence comme tout garçon de son âge qui se respecte. Alors, lui, à trop écouter Marilyn Manson, va opter sur une crise façon « gothique » et va donc devenir vampire et rejoindre un cirque de monstres au milieu des loups garous et autres hommes serpents. C’est d’ailleurs assez pratique d’être vampire dans un cirque quand y pense, on peut aussi bien jouer les magiciens que les acrobates. Avec autant de polyvalence, je pense qu’on tient les vrais responsables du chômage dans nos sociétés. Michael Moore, si tu me lis…

Mais pour rejoindre une famille d’adoption, encore faut-il pouvoir en trouver une. Parce qu’une fois l’humanité quasiment éteinte, ça devient tout de suite un poil plus compliqué. C’est bien pour ça que l’enfant dans « La Route » est bien obligé de rester avec papa Viggo Mortensen, que ça lui plaise ou non. Heureusement pour lui son papa est plutôt cool vu les circonstances, prêt à le protéger contre les tribus cannibales qui font régner la terreur dans notre monde, désormais littéralement en cendres.

Enfin si finalement aucune famille ne vous convient, vous pouvez toujours optez pour la solitude, clé de la quête introspective à la découverte de soi-même, à l’image de l’énigmatique personnage campé par Isaach de Bankolé dans Limits Of Control, le nouveau Jarmusch.

Méfiance tout de même, imaginez une seconde que la famille que vous avez abandonnée revienne la nuit, sous forme de spectres, hanter votre chambre à coucher pendant que vous dormez pour vous chatouiller les pieds, comme dans Paranormal Activity

Camille Stevens / Cinetrafic

Retrouvez les sorties Ciné de la semaine en un clin d’œil sur Cinetrafic : synopsis, bande-annonces et extraits.

Sorties du 02 décembre 2009 : Au cinéma cette semaine !

0