Premier film de la sélection officielle du Champs-Elysées Film Festival, SUN BELT EXPRESS revient avec brio sur le flux de migrants clandestins mexicains en direction des États-Unis et sur le quotidien de ceux qui leur permettent de traverser cette frontière semblable pour beaucoup à un mur. Et pour son premier long métrage, il va sans dire que le réalisateur Evan Buxbaum, a su faire les choses comme il fallait. Après 4 ans de travail, il livre ici une œuvre loin de toute morale, réaliste et fraîche. Une réussite

En choisissant Tate Donovan (ARGO) pour interpréter Allen, un Américain paumé et fauché qui enseigne au Mexique et fait traverser la frontière à des clandestins, les producteurs du film ont fait un choix judicieux. Dans ARGO déjà, l’acteur incarnait à merveille le mec paumé de la bande mais qui nous attendrit par moment. C’était déjà le cas dans des séries telles que NEWPORT BEACH ou DAMAGES. Absolument paradoxal, l’acteur se fond à merveille dans ce personnage qui n’est ni gentil ni méchant, ni intelligent ni stupide. Cet Allen qui essaye comme il peut de se sortir de ses galères, mais finit constamment dans des situations encore plus improbables. A tel point que les deux jours que le film dépeint finissent par ressembler à une énorme farce, un mauvais rêve dont on voudrait le faire sortir. Un peu long à la détente mais plein de bonne volonté, ce personnage principal (tout comme l’acteur me direz-vous) captivent et nous font espérer un happy end.

Photo du film SUN BELT EXPRESS

Photo du film SUN BELT EXPRESS

Sujet épineux, l’immigration est ici traitée de manière plutôt originale. Sans jamais prendre partie, le scénariste, Evan Buxbaum à nouveau, a fait le choix de montrer les deux versants de cette question. Ainsi, on assiste d’une part à la volonté des migrants de traverser la frontière pour atteindre leur eldorado. Et d’autre part, l’ex-femme d’Allen, une sénatrice républicaine, tient à réguler cette immigration en lien avec ses propres convictions. Si l’on comprend assez facilement ses intentions, il faut bien reconnaître qu’elle est si hystérique que l’on a du mal à la prendre au sérieux. Et ce n’est pas de la faute de Rachael Harris (VERY BAD TRIP) qui l’incarne à merveille. Les allers-retours au niveau des points de vue ne dérangent pas et permettent finalement d’avoir une vision globale de ce “problème”. Alors que le réalisateur aurait pu faire de SUN BELT EXPRESS un film très sérieux, c’est finalement avec beaucoup d’humour que l’on finit par réaliser que le quotidien de celui qui conduit la voiture est finalement plus triste que celui de ceux allongés dans son coffre.

“Un très bon feel-good movie, qui fait rire et réfléchir.”

Choc des cultures oblige, SUN BELT EXPRESS se laisse aller à quelques blagues raciales qui font mouche, que l’on apprécie et que l’on retient. En montrant que tout ne peut être parfait, même lorsque l’on tente de venir en aide à certains, le film dépeint assez bien la dualité qui oppose chaque être humaine : ce qu’il montre aux autres et la part de lui qu’il tente de préserver. Et en particulier chez les politiques ! Une idée mise en scène par Margaret King, l’ex-femme d’Allen, dont la vie privée jure avec sa figure publique. Si la musique de SUN BELT EXPRESS ne vous fera pas danser tout l’été, l’ironie dont sont emplis les dialogues ainsi que la récurrence de scènes cocasses devraient vous faire pouffer de rire à de multiples reprises. Sans parler des paysages désertiques dignes des meilleurs filtres Instagram. Enfin, malgré un dénouement un peu excessif à mon goût, SUN BELT EXPRESS est un très bon feel-good movie qui fait réfléchir et rire, souvent les deux en même temps.

CASTING

Le champs-Élysées Film Festival 2014

Titre original : Sun Belt Express
Réalisation : Evan Buxbaum
Scénario : Evan Buxbaum
Acteurs principaux : Tate Donovan, Rachel Harris, Ana de la Reguera, Rachael Harris, Arturo Castro, Oscar Avila
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : prochainement
Durée : 1h31
Distributeur : –
Synopsis : Renvoyé pour avoir plagié le travail d’un étudiant, Allen a presque touché le fond. Pour payer son ex-femme il fait la navette jusqu’à la frontière mexicaine avec des immigrés dans son coffre de voiture. Mais sa vie se complique quand sa petite amie mexicaine tombe enceinte et sa fille atterrit dans son véhicule pendant une course clandestine.
Print Friendly, PDF & Email

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
0 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :

[critique] SUN BELT EXPRESS

1