Qui n’a pas un jour entendu parler de la ? Pour ma part c’est un peu grâce à cette société de production que j’ai pu découvrir le cinéma. Bloodsport (le film qui révéla « JCVD » Jean-Claude Van Damme) a été un de mes premiers films coup de cœur et je n’en ai pas honte.
Enregistré à la télé, à l’époque sur VHS, ses visionnages étaient l’occasion de voir des combats entre potes et de partager un bon moment ensemble. D’ailleurs la Cannon a connu son essor avec les vidéoclubs.
Fondée en 1979 par et , Surnommés les Go-Go Boys par Newsweek (magazine d’actualité US), La Cannon Group a marqué la production américaine part ses petites séries B au budget (sur)gonflées. Souvent décriées par la presse, elles ont eu un capital de sympathie énorme auprès du public. En 1983/84, ils ont produit plus de films que n’importe quel grand studio. Ils étaient qualifiés d’infatigables. C’est le seul studio indépendant considéré comme une « major » dans cette période.
Menahem, directeur général, était avant tout un cinéaste. En 1963, il avait fondé déjà avec son cousin Yoram la Noah Films avec des succès locaux. A eux deux, ils ont produit plus de quarante films, dont un bon tiers constitue les plus gros succès du cinéma israélien. En rachetant cette petite compagnie de production, ils investissent Hollywood en produisant des films destinés au public adolescent. Ils visent ainsi de plus en plus le marché international. Il n’y a qu’à voir leurs escapades cannoises avec les grands renforts publicitaires sur la croisette.

”Ce qui est curieux c’est qu’ils ont produit autant de films « décérébrés » avec Chuck Norris, , Stallone et Van Damme; que de films d’auteur comme le King Lear de Jean-Luc Godard, Torrents d’amour de John Cassavetes ou encore le Pirates de Polanski. C’est ce qu’on peut appeler un sacré grand écart culturel…”

Ce sont donc de sacrés personnages tous les 2. Il n’y a qu’à voir leur méthode de production. Tout ce que Menahem voulait, Yoram arrivait à lui obtenir. Un vrai duo complémentaire sagement reconstitué dans ce documentaire qui s’attarde plus à retranscrire le côté humain plutôt que de mettre en avant leurs films (comme on pourra voir dans Electric Boogaloo : The Wild, Untold Story of Cannon Films de Mark Hartley). On a les interviews d’époque qui viennent compléter l’entretien de la réalisatrice avec les 2 hommes (juste avant la mort de Menahem le 8 août 2014). on découvre d’une manière attachante l’ascension des deux hommes. La naissance de leur empire jusqu’à sa déchéance.
Réunis de nouveau pour les besoins du film (ils ont longtemps été brouillé suite à la liquidation de la société en 1989) les retrouvailles sont marquées d’une réelle émotion. Les archives bien mis en avant montrant Golan comme un homme passionné et un peu borné à vouloir connaitre le succès. C’était un boulimique du travail. Les deux hommes reconnaissent également avoir délaissé à un moment leur famille respective. Il n’y a qu’à voir les exigences de Golan sur certains documents. A chaque fois Globus arrive à avoir le budget adéquat mais il était souvent dépassé. Il faut dire que Menahem ne lésinait en rien ses productions. C’était au fond des séries B de luxe qui se rapprochaient d’une série A. D’ailleurs ce qui est curieux c’est qu’ils ont produit autant de films « décérébrés » avec Chuck Norris, Charles Bronson, Stallone et Van Damme; que de l’auteur comme avec le film King Lear de Jean-Luc Godard, Torrents d’amour de John Cassavetes ou encore Pirates de Polanski. C’est ce qu’on peut appeler un sacré grand écart culturel.

The Go-Go Boys

C’est ce côté attachant et totalement inédit dans la production cinématographique qui font de ces deux hommes des personnages à part entière. La société Cannon Group est toujours resté familiale malgré les apports étrangers dont le crédit Lyonnais.
Mais le flop de Superman IV: The Quest for Peace et quelques autres productions entraînèrent la faillite du groupe. La Cannon fut racheté par Pathé. Golan quitta Cannon, et sa carrière de producteur au début des années 90 fut rapidement mise à mal par ses échecs en salles (via « la 21st Century »). Il retourna en Israël pour continuer son chemin dans l’industrie cinématographique tandis que Globus prit un peu les reines de la MGM avant de retourner lui aussi au pays pour produire des émissions avec sa propre compagnie de télévision.
Ainsi le portait final avec cette déchéance n’est pas tout à fait négatif. La réalisatrice réussi à faire des deux hommes des héritiers du cinéma à leur manière. C’est même un magnifique hommage à la mémoire de Golan. Un homme simple, un peu mégalo sur les bords mais attachant.

un Journaliste : – Feriez vous un film de 30 millions de Dollar
Golan : Jamais. Je ne saurais que faire avec 30 millions. Mais je peux faire 30 films!

Ces quelques mots résument à eux seuls la philosophie de la Cannon.

A noter que l’héritage de ses nababs peut se voir à travers Millenium Film (Les Expendables) ou encore leur sous branche Nu Image. On peut citer également les frères Hadida fondateur de METROPOLITAN même si maintenant ils ont quitter l’univers des production bis au profit de films à Oscar.

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url


extrait sympathique malheureusement coupé légèrement au montage.

CASTING
Titre original : : The Inside Story of Cannon Films
Réalisation :
Scénario : Hilla Medalia et
Acteurs principaux : , , Charles Bronson (archives ITW)…
Pays d’origine : Israël
Sortie : 22 octobre 2014
Durée : 1h22mn
Distributeur : Paradis Films
Synopsis : L’histoire des studios Cannon vue de l’intérieur est un documentaire retraçant l’épopée de Menahem Golan and Yoram Globus, qui dans leur poursuite du rêve Américain ont révolutionné Hollywood, produisant plus de 300 films et devenant la société de production indépendante la plus puissante au monde. Ce film explore la relation complexe entre deux personnalités opposées, dont la combinaison a été à la fois le moteur de leur succès et la raison de leur chute. .
BANDE-ANNONCE