Comédie américaine façonnée pour Jason Bateman. Ce rôle de riche héritier lui va comme un gant. Conrad Valmont a vécu toute sa vie dans sa suite à l’hôtel Valmont (héritage familial). Il a reçu son éducation par le personnel et ses parents lui financent toutes ses activités et dépenses diverses (cigarettes, alcools et restaurants). On peut dire qu’il mène la belle vie, lui qui se considère comme écrivain bien que cela fait dix ans qu’il effectue toujours des recherches. Le film s’ouvre sur Conrad recevant un coup de téléphone lui disant de quitter les lieux au plus vite. Un prologue explicatif (la voix off constante de Larry Pine) nous résume son enfance et nous fait comprendre que ses parents veulent le déshériter (un problème dans le couple parental et personne ne veut le prendre en charge).
Typiquement indépendante, cette comédie New-yorkaise rappelle étrangement le cinéma de . Même critique de la bourgeoisie intellectuelle sous fond psychanalytique. Le plus bel exemple c’est le passage dans le bar suite à la pièce de théâtre. Chacun essaye à son tour de donner sa vision et son interprétation d’une pièce pas terrible. Dans sa construction on retrouve également Wes Anderson. Le métrage se passe sur une semaine donc découpé par les jours de la semaine avec un prologue et un épilogue, comme souvent chez Anderson. L’utilisation de la voix-off quasi omnisciente rajoute à cet effet. D’ailleurs l’acteur derrière elle (Larry Pine) a déjà travaillé pour les 2 réalisateurs (coïncidence?).

Une semaine ordinaire 2

Le réalisateur et scénariste Peter Glanz (dont il s’agit de son premier long) s’est inspiré de son court métrage A Relationship in Four Days pour ce long. Une bonne base qui avait été remarqué dans plusieurs festivals de film comme Cannes et Sundance. Son film aussi s’inspire beaucoup de littérature (Béatrice est admiratrice des romans de Jane Austen) et de musique classique (Bach compositeur préféré de Conrad). Mais le plus flagrant reste la ressemblance du personnage de Béatrice avec Anna Karina. Il cite ouvertement le personnage dans son attitude, son apparence physique et son métier (mannequinat).

« Agréable comédie romantique sans prétention, Une semaine ordinaire est un film touchant »

Mais au fond ce qui fait la force de ce récit c’est le choix des comédiens. Outre Bateman on retrouve Billy Crudup (Presque célèbre, BIg Fish, Blood Ties) dans le rôle du meilleur ami. Leur amitié entre rivalité et admiration l’un de l’autre fonctionne plutôt bien à l’écran. Mais le coup de cœur revient à ( l’héritage, Drinking Buddies) qui nous illumine toute la durée du film. Comme les deux on a envie de la draguer tellement elle dégage du sex-appeal. Dès la rencontre entre Conrad et Béatrice dans le métro, on est subjugué par son regard (accentuée par un maquillage noir très marqué sur les paupières). Agréable comédie romantique sans prétention, Une semaine ordinaire est un film touchant et convient parfaitement pour cette rentrée.

INFORMATIONS

Une semaine ordinaire DVD

 

Titre original :
Réalisation : Peter Glanz
Scénario :
Acteurs principaux : Olivia Wilde,
Pays d’origine : USA
Sortie : 05 septembre 2014 (VOD), Annoncé le 4 novembre 2014 DVD/BR chez Factoris Films, et En ce moment sur OCS City
Durée : 1h23mn
Distributeur : , , , ,
Synopsis : Après que ses parents aient décidés de lui couper les vivres, Conrad Valmont est forcé de vivre avec son meilleur ami, Dylan. Il rencontre Beatrice, un modèle, et flash sur elle. Il a une semaine pour trouver un moyen de gérer le fait qu’il soit fauché, sans-abri et tombé amoureux de la fille de ses rêves.
BANDE-ANNONCE