Photo du film Zulu

est l’adaptation d’un roman policier de paru en 2008 et multi-récompensé. Si je n’ai en effet pas lu celui-ci, il semblait sur le papier un excellent support pour un thriller cinématographique dépaysant avec notamment le cadre de l’Afrique du Sud, et de Cape Town en particulier, pour y installer son intrigue et ses personnages encore marqués par la réalité historique du pays. Le réalisateur français est d’ailleurs allé au bout de l’idée de la véracité de l’univers du film en composant en très grande partie son équipe et son casting (à l’exception des têtes d’affiche) de sud-africains. Et on peut au moins accorder à le mérite du dépaysement et d’évoquer des problématiques de ce pays assez effacées dans nos esprits européens, jusqu’au récent décès de Nelson Mandela qui remet, à l’heure où j’écris ces lignes, l’histoire de ce pays au centre de l’information.

Pour le reste, à vrai dire, on repassera. Les têtes d’affiches que sont et tiennent assez bien leurs rôles mais leurs personnages restent dans des postures globalement caricaturales tout au long du film avec un classique duo d’enquêteurs totalement différents (un noir / un blanc, un junkie / un sage, etc). Les autres acteurs se défendent également assez bien en soi mais l’ensemble de leurs prestations est gâché par des scènes tellement clichés ou ridicules que l’on rit parfois au détriment du film qui se veut extrêmement sombre, et parfois très violente. La scène de l’annonce de la mort de la jeune adolescente à son père au début du film est tout bonnement grand-guignolesque, et je ne parlerai même pas de l’interminable course-poursuite finale où toute la tension dramatique est évacuée au profit du simple ridicule.

Photo du film Zulu

Un roman à priori solide au départ, des têtes d’affiches respectables et un univers visuel dépaysant ne suffisent pas à faire disparaître les clichés du scénario et des scènes et des dialogues inacceptables dans un film se voulant sérieux envers son sujet.

On pourra toutefois reconnaître à Jérôme Salle, malgré des erreurs impardonnables comme celles que je viens de citer, un certain savoir-faire de réalisation “à l’américaine” qui évite (à regret ?) une interprétation plus cérébrale ou contemplative du scénario, même si l’ensemble reste globalement trop sage en regard des promesses plutôt choc de la bande-annonce. Bref, il s’agit d’un faiseur honnête mais le résultat n’est clairement pas à la hauteur et laisse le spectateur sur sa faim, au même titre que ses deux films Largo Winch l’avait fait auparavant. On ne s’ennuie pas mais on rit parfois au détriment du film.

ZULU avait du potentiel. Un roman à priori solide au départ, des têtes d’affiches respectables et un univers visuel dépaysant ne suffisent pas à faire disparaître les clichés du scénario et des scènes et des dialogues inacceptables dans un film se voulant sérieux envers son sujet.

NOTE DE L’AUTEUR
[rating:3/10]

Affiche du film Zulu

Dans une Afrique du Sud encore hantée par l’apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d’une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

Titre original : Zulu
Réalisation : Jérôme Salle
Scénario : Jérôme Salle et , d’après le roman de Caryl Ferey
Acteurs principaux : Forest Whitaker, Orlando Bloom,
Pays d’origine : France
Sortie : 4 décembre 2013
Durée : 1h50
Distributeur :
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url