Votre mot de passe vous sera envoyé.

Cannes Jour 9 : où Diane Kruger met tout le monde d’accord pour un Prix d’interprétation, et les premières récompenses sont décernées…

Neuvième jour à Cannes et déjà bientôt la fin du festival. Il aura fallu néanmoins attendre jusque-là pour voir apparaître une sérieuse candidate au Prix d’interprétation féminine. Dans In the Fade de Fatih Akin, Diane Kruger excelle. Elle y joue une mère et épouse frappée par une terrible tragédie, suite à un attentat à la bombe. D’une justesse magnifique, l’actrice tient surement là son meilleur rôle. A elle seule, elle parvient, presque, à sauver le film. Celui-ci, qui se construit en trois actes –et trois genres, le drame, le film de procès et le film de vengeance – s’avère de qualité dans l’ensemble, mais s’écroule avec son final à la morale douteuse. Étant donné le peu de rôles féminins notable cette année en compétition, sauf surprise, le Prix semble bien promis à Diane Kruger. Rarement récompensée dans sa carrière, on croise les doigts pour que cette fois ce soit la bonne…

In the Fade

Par la suite, François Ozon était de retour à Cannes (Swimming Pool en 2003, Jeune et Jolie en 2013) avec le controversé L’Amant double. Un thriller érotique qui lorgne du côté d’Hitchcock et de De Palma, mais qui n’aura pas reçu un accueil très chaleureux, allant jusqu’à se faire étriller par Le Parisien. Cependant, pour les adeptes du cinéma en trompe-l’œil du réalisateur, il y a justement à voir au-delà de la stylisation, comme l’analyse très bien l’article de Télérama. Avec son Amant double, Ozon trompe à nouveau le spectateur, et c’est tant mieux.

Semaine de la critique 2017

Le Jury de la 56e Semaine de la Critique, présidé par le cinéaste Kleber Mendonça Filho

Enfin, les premiers prix du Festival ont été remis, parmi lesquels le Prix SACD remis à l’enivrant Ava de Léa Mysius. Un film particulièrement apprécié au sein de notre rédaction et de la critique en générale, à découvrir prochainement, le 21 juin 2017. Les autres prix sont les suivants :

Grand Prix Nespresso : MAKALA de Emmanuel Gras
Prix Révélation France 4 : GABRIEL E A MONTANHA de Fellipe Gamarano Barbosa
Prix Découverte Leica Cine du court-métrage : LOS DESHEREDADOS de Laura Ferrés
Prix Canal+ du court-métrage : NAJPIĘKNIEJSZE FAJERWERKI EVER de Aleksandra Terpińska


En bonus – Entretien avec Alma Jodorowsky

Présente à Cannes pour accompagner le film d’Ilan KlipperLe Ciel étoilé au-dessus de ma tête (notre interview du réalisateur ici), on a voulu en savoir un peu plus sur Alma Jodorowsky.

Je n’ai pas envie de rester enfermée dans un genre. Surtout parce que ça peut être le piège quand on est une jeune fille, on peut vite se retrouver cantonner au rôle de « la jolie pépette du film ».

Notre interview d’Alma Jodorowsky

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :