Sixième épisode de nos aventures à Cannes, avec deux réalisateurs japonais et une excellente surprise Hors-Compétition !

Deux cinéastes japonais étaient présentaient le même jour en Compétition. D’abord, le plus connu, Hirokazu Kore-Eda, de retour sur la Croisette avec UNE AFFAIRE DE FAMILLE. Un film mineur, pas désagréable, qui malgré de beaux moments, que l’on a aimé partager avec cette famille singulière, nous a déçu par la facilité de l’écriture et une rigueur formelle où l’émotion peine à percer. ASAKO de Ryusuke Hamaguchi ne nous a pas convaincu, disons le. Réflexion sur l’impact du premier amour. Le film est vraiment réussi lorsqu’il aborde les grandes questions de son intrigue, mais hormis 3 ou 4 scènes charnières, la sauce peine à prendre. La faute à une rythme franchement monocorde et une mise en scène très terne.

Notre Critique de UNE AFFAIRE DE FAMILLE
Notre Critique de ASAKO.La bonne surprise du jour était présentée Hors-Compétition, il s’agit du Grand Bain de Gilles Lellouche. Typiquement le film que l’on attendait pas spécialement et qui a fait office de petit rayon de soleil sur la Croisette. Une comédie vraiment drôle, assez finement écrite, portée par un casting démentiel (Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Marina Foïs, Leïla Bekhti, Philippe Katerine, Jean-Hugues Anglade, Félix Moati, Virginie Efira, Alban Ivanov, Mélanie Doutey). Du pur feel-good movie comme on les adore, avec ses petits défauts mais qui remporte l’adhésion grâce à son énergie. La plus grosse surprise vient de Lellouche, que l’on retrouve très inspiré au niveau de la mise en scène.

Notre Critique intégrale du GRAND BAIN !

[CANNES 2018] COMPTE-RENDU #6 : des japonais et l’excellente surprise de Lellouche !

0