Les années passent, les festivals vont et viennent et les éditions ne se ressemblent pas. Voilà ce qu’il faudra retenir de cette troisième édition du Champs-Elysées Film Festival qui s’est achevée ce mardi 17 juin, par le couronnement de FORT BLISS (Prix du Public) et de AMERICAN PROMISE (Prix des Blogueurs). S’il y’a bien une chose que cette édition nous aura appris, c’est que le cinéma américain indépendant est, comme bon nombre d’autres cinémas, capable du meilleur comme du pire. Retour sur une semaine de folie pure.

Tout au long du festival, il nous a été possible de croiser et de discuter avec différentes personnalités. Qu’il s’agisse de Bertrand Tavernier ou Jacqueline Bisset, les présidents de cette édition. Le premier a pris l’habitude de monter dans l’ascenseur à nos côtés quand la seconde s’est assise près de nous le temps d’une projection. Mais il y avait également des acteurs comme Thomas Ngijol, venu présenter son premier film, FAST LIFE. La Fouine, présent au casting de A TOUTE EPREUVE, était également de la partie. Tout comme Keanu Reeves, venu exprès pour son film MAN OF TAI CHI et le documentaire qu’il a produit, SIDE BY SIDE. Sans parler du réalisateur Onur Tukel, dont la rencontre a donné lieu à une discussion plus que surréaliste.

10418948_701399126588306_513720890674609326_n

Niveau films en compétition, on a passé un agréable moment devant SUN BELT EXPRESS d’Evan Buxbaum, on a pleuré d’ennui devant 1982 de Tommy Oliver, puis est arrivée la sensation FORT BLISS de Claudia Myers, avant l’incompréhension face au SUMMER OF BLOOD d’Onur Tukel. Par la suite, le clippeur R. Malcolm Jones nous a balancé son interminable THE MAGIC CITY, quand Gillian Robespierre nous a fait rire jusqu’aux larmes avec sa comédie OBVIOUS CHILD. Enfin, le SEE YOU NEXT TUESDAY de Drew Tobia nous a bien ennuyé, quand RICH HILL d’Andrew Droz Palermo et Tracy Droz Tragos et AMERICAN PROMISE de Joe Brewster et Michèle Stephenson nous ont littéralement fait revoir notre vision du documentaire.

Pour ce qui est des films présentés en avant-première, le PING PONG SUMMER de Michael Tully était une excellente entrée en matière au Champs-Elysées Film Festival. Par la suite, A TOUTE EPREUVE d’Antoine Blossier s’est révélé être une plutôt bonne comédie régressive, bien au-dessus de nos attentes. On notera les toujours aussi bonnes critiques entendues et lues à propos de DRAGONS 2 (le nouveau DreamWorks en salles à partir du 2 juillet) et tout le mal à la sortie de l’avant-première de FEVER de Raphaël Neal. Pour le reste, tout le monde s’accordera à dire que ABLATIONS d’Arnold De Parscau, DU GOUDRON ET DES PLUMES de Pascal Rabaté, HASTA MANANA de Sebastien Maggiani et Olivier Vidal valaient le détour. De même pour CHEAP THRILLS de E.L. Katz, LOCKE de Steven Knight sans oublier NATIONAL GALLERY de Frédéric Wiseman. Le CEFF s’est terminé sur les projections en avant-première du très lisse JERSEY BOYS de Clint Eastwood et de l’angoissant LE PROCES DE VIVIANE AMSALEM de Shlomi et Ronit Elkabetz. Deux films dont vous allez beaucoup entendre parler. Et pas juste sur Le Blog du Cinéma !

10449960_702124673182418_8883256952477899654_n

En espérant que vous faites partie de ces 20.000 spectateurs qui ont assisté aux diverses projections, que vous étiez présents avec nous pour fêter comme il se doit la fin du festival au Club 79 ou tout simplement que les critiques ci-dessus vous ont donné envie de voir certains films – ou de les zapper -, je vous dis à l’année prochaine pour une nouvelle édition du Champs-Elysées Film Festival.

LE CEFF EN VIDEOS
Print Friendly, PDF & Email

Champs-Élysées Film Festival 2014 : le bilan

6