8ème Nuit Excentrique

Samedi dernier, 31 mars 2012, a eu lieu la 8ème édition des « mauvais films sympathiques », parrainée par le site Nanarland dans un lieu culte : la Cinémathèque Française. Une nuit qui a dépassé l’âge de raison pour ainsi dire…

Ils ont en effet fait leur preuve et ils peuvent à présent tout oser.
Au programme, toujours 4 métrages avec comme à l’accoutumée un film restauré par la Cinémathèque. Cette année, le film, Le Sadique à la Tronçonneuse, restauré par la Cinémathèque de Madrid (comme quoi il n’y a pas qu’en France qu’on gaspille l’argent des contribuables).
Un classique, si l’on peut dire, avec .
Un film français, Le Führer en Folie (le film a fait polémique, on y reviendra).
Et enfin, tout évènement excentrique ne serait rien sans un film de ninja : .

Comme toujours, entre ces pépites, nous avons eu le droit aux Cuts Excentriques made in Nanarland et des jeux pour faire gagner des lots à un public plus qu’amateur.

Affiche du film LE SADIQUE À LA TRONÇONNEUSE - Mil Gritos Tiene La Noche

Le Sadique à la Tronçonneuse
(Mil gritos tiene la noche)

de Juan Piquer Simon
Espagne-Etats-Unis-Porto Rico / 1983 / 85′ / VOSTF / 35 mm
Avec Christopher George, , .
Boston, 1942. Un jeune garçon décapite sa mère après une dispute. Quarante ans plus tard, des meurtres abjects sont commis dans une université. Des femmes sont, en effet, découpées en petits morceaux.
Copie neuve en provenance de la Filmoteca española

Trailer VO :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Ce premier film est donc le choix de la Cinémathèque Française et surtout d’un seul homme : Jean-François Rauger, directeur de la programmation, critique dans le journal Le Monde et fervent défenseur du cinéma bis.
Souvent gentiment chambré pour sa cravate (elle aussi excentrique et choisie spécialement pour l’occasion), un petit jeu complice initié l’année dernière a vu le jour entre lui et le public : le lancer de sa cravate. Une preuve qu’il y a vraiment une interaction dans cet évènement et une sacré ambiance !
D’ailleurs, chaque Nuit Excentrique s’ouvre sur le magnifique extrait de Braddock – Portés Disparus 3 avec notre messie Chuck Norris et sa fameuse réplique : « Je mets les pieds où je veux ! »

Revenons au film !
L’action se passe à Boston d’abord en 1942, où un petit garçon assassine sa mère à la hache après que celle-ci l’ait surpris en train de faire un puzzle érotique. Cette scène d’exposition nous montre le trauma de ce sous Michael Myers que nous retrouvons 40 ans plus tard dans une série de meurtre sur un campus.
C’est là qu’on assiste à l’une des enquêtes les plus mémorables du cinéma. Il faut le rappeler, il s’agit d’un film espagnol et l’action est censée se dérouler aux USA. Juan Piquer Simon utilise donc une photo de Regan, un drapeau américain, des nerds et des plans qui pompent (Halloween, , …).
Un film « américanisé » certes mais qui collectionne surtout les répliques ringardes, les scènes débiles et hors sujet. Comme par exemple le maitre Kung Fu (sosie de Bruce Le lui-même clone de Lee) qui débarque d’on ne sait où. En revanche les scènes de meurtres ne sont pas trop mal et bien gore. La musique aura entrainé de bons fous rires et la scène finale de grandes interrogations.
Une chose est sûre, il s’agit d’une des meilleures entrées en matière, même si certains ont trouvé des longueurs.

Photo du film LE SADIQUE À LA TRONÇONNEUSE - Mil Gritos Tiene La Noche

Affiche du film Ilsa, gardienne du harem / Esclaves du désir (Ilsa, Harem Keeper of the Oil Sheiks )

Ilsa Gardienne du Harem / Esclaves du Désir
(Ilsa, Harem Keeper of the Oil Sheiks)

de Don Edmonds
Canada-Etats-Unis / 1978 / 93′ / VF / 35 mm
Avec , Dyanne Thorne, Victor Alexander.
Ilsa travaille maintenant pour un Sheik arabe en l’aidant à « importer » des jeunes femmes pour les transformer en véritables esclaves sexuels. Mais l’intrépide Adam veille.

Trailer VO :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Isla est grande, blonde et a 2 solides arguments. Bref, ce second film de la saga, après Ilsa La Louve des SS, surfe sur la vague des Nudies : de modeste production, surfant les moeurs de la libération sexuelle et jouant la carte de la provocation en montrant l’acte déviant.
Dominatrice et chargée des punitions-exécutions, elle n’hésite pas à se servir du fouet pour sévir et prouver son autorité.
Ainsi, on a plaisir à voir des esclaves dénudés, des opérations incroyables du docteur qui répare toute cicatrice et, le clou du spectacle, cette bombe intra-vaginale qui s’active (*******) je vous laisse imaginer.
Ensuite il est vrai que la pseudo-intrigue de l’agent de la CIA qui vient libérer les otages devenus des femme-objets du roi… On s’en contre-fout et on préfère le voir au lit avec Dyanne Thorne qui nous dévoilera tour à tour ses fesses, ses seins et pas plus…
Le public a été enjoué par le personnage du Bossu qui reviendra tout au long de la soirée ponctuer les jeux et les extraits.

L’ambiance est toujours là et la Nuit Excentrique est à sa moitié de soirée à la fin du métrage !

Photo du film Ilsa, gardienne du harem / Esclaves du désir (Ilsa, Harem Keeper of the Oil Sheiks )

Affiche du film Le Führer en folie

Le Führer en Folie
de Philippe Clair
France-Italie-RFA / 1974 / 95′ / 35 mm
Avec , Alice Sapritch, .
À la suite d’un malentendu, Adolf Hitler engage trois soldats français qu’il pense être des sportifs professionnels. Ils sont contraints de jouer contre leur propre pays, alors même qu’un match de football va décider de l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

Extrait :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Voici pour moi « le » film qui a plombé l’ambiance et a failli tout gâcher. Comédie potache et franchouillarde mettant en scène les Charlots. Pour rester poli, je vous renvois donc aux différentes chroniques à leur sujet…
Une chose est sûre, il aura créé un petit débat et démontré jusqu’à quel point un mauvais film peut être ou non sympathique pour tous.
Le public en tout cas l’a vraiment boudé. Excepté la chanson du ballon. Des chanceux se sont endormis à son passage !

Photo du film Le Führer en folie

Affiche du film Le Gang des crapules (Ninja in Action)

Le Gang des Crapules
(Ninja in Action)

de Godfrey Ho (alias )
Hong Kong / 1989 / 90′ / VF / 35 mm
Avec Stuart Smith, , Christine O’Hara.
Un gang de ninjas vole des pierres précieuses. Le chef de la bande élimine ses hommes sauf Allen, qui cherche alors à venger la mort de son père. Mais il est arrêté.

Extrait :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Dernier film de cette édition et tradition oblige nous avons le droit à un film de Ninja 2 en 1 !
Car son réalisateur Godfrey Ho en est le spécialiste. Il s’agit d’un film mineur acheté une misère, auquel on ajoute des scènes tournées afin d’essayer de créer une continuité narrative en insérant une pseudo-star du genre.
Nous avons le droit à une histoire de diamants dérobés, d’une femme intéressée qui change de camp comme de petite culotte et d’une méga star qui n’hésite pas à se faire doubler par un gars avec une affreuse perruque, très ressemblant.
Du grand n’importe quoi en somme, mais assurément le film le plus sympa de la soirée pour les plus courageux !

Photo du film Le Gang des crapules (Ninja in Action)

Après avoir fait les Nuits 5, 6 et avoir loupé la 7 faute de place, on peut dire que c’est « le » rendez-vous annuel à ne manquer sous aucun prétexte pour les personnes adorant le mauvais goût.
Le pèlerinage des nanardiens-nanardiennes !