Comme nous vous l’avions annoncé, cette semaine a lieu au Caroussel du Louvre, à Paris, l’exposition Game of Thrones (du 8 au 12 septembre) produite et organisée conjointement par HBO et OCS. Une exposition qui ne cherche pas un retour financier (celle-ci est gratuite et toutes les places ont déjà été réservées) mais qui se présente comme un « cadeau fait aux fans » comme nous l’expliquait Guillaume Jouhet, directeur général d’OCS. Ce dernier nous rappelait d’ailleurs l’un des slogan de la chaîne, à savoir : « vous êtes fan de séries, nous aussi ! ». A l’occasion d’une présentation en avant première, nous avons pu faire le tour de cette exposition, et rencontrer (nos interview à venir) les interprètes de Meryn Trant (Ian Beattie) et Davos Mervault (Liam Cunningham), venus exprès pour l‘occasion.
De ce que nous avons vu, il s’agit avant tout de s’adresser à un public ayant une grande connaissance de la série, et non pas de chercher à en initier de nouveaux. L’exposition ouvre les portes de l’univers Game of Thrones et nous met directement dans la peau des personnages de la série.

Bien que l’exposition soit relativement courte à visiter elle s’avère pour le moins efficace, intelligemment étudiée (beaucoup d’espace, elle peut contenir 200 personnes) et a de quoi faire plaisir à son public. Sans surprise pour ce genre d’exposition on retrouve en grande partie des costumes, des bijoux et autres accessoires utilisés durant les tournages. Des robes de Khaleesi et Sansa Stark aux tenues des sauvageons et de la garde de nuit en passant par l’armure de Stannis Baratheon et la tenue royale de Joffrey Baratheon. Si de notre côté on regrette de ne pas avoir insisté davantage sur ce genre de contenu, on comprend que le but est ailleurs. A savoir faire vivre une expérience et nous plonger dans la série de manière interactive.

Durant son parcours le public peut en effet se retrouver mis en scène dans des éléments et décors de la série. Possibilité de faire une photo de soi façon marcheur de nuit (dont le mannequin grandeur nature présent fait froid dans le dos), une autre assis sur le fameux Trône ou encore de participer à une petite vidéo dans laquelle un dragon brûlera vif les participants. De ces petites attractions amusantes on retiendra au final l’expérience Oculus Rift. Casque de réalité virtuelle sur la tête, musique dans les oreilles et vent soufflé sur le visage, et nous voilà projeté au cœur de la série. Les jambes commencent à trembler tandis que nous procédons à « L’ascension du mur », tel un John Snow lors de l’attaque des sauvageons contre la garde de nuit. 90 secondes suffisent à créer une interactivité passionnante et dont certains, particulièrement sensibles au vide, auront du mal à se remettre.

2015-09-07 17.48.17

Ainsi, après être passée par Londres, Stockholm, Tel Aviv, Madrid, Berlin, Amsterdam et San Diego, en se posant à Paris, l’exposition Game of Thrones aura été une belle opportunité pour OCS de rappeler sa longue collaboration avec HBO (depuis 2011). La chaîne qui est en France le diffuseur exclusif et prioritaire des programmes d’HBO vient d’ailleurs de mettre à disposition l’intégrale de la série ainsi que la version multilingue de la saison 5. Avec la satisfaction attendue du public, les deux chaînes réussissent donc un joli coup promotionnel et insistent un peu plus sur le statut de série innovante de Game of Thrones puisqu’il s’agit de la première exposition d’une série en cours de diffusion.