Festival de l'Alpe d'Huez 2013

La seizième édition du Festival International du Film de Comédie de l’Alpe d’Huez s’est achevée samedi 19 janvier par la remise des prix. Les films en compétition, projetés de jeudi à samedi, ont été visionnés attentivement par le jury, composé de Florence Foresti, Raphaël Personnaz, Jérôme Commandeur, et Fred Testot. Pour des raisons financières, le festival s’est tenue, cette année, sur trois jours et non quatre comme c’est le cas habituellement.

  •  Les longs et courts-métrages récompensés

A 20h samedi, dans la Grande salle du Palais des sports de l’Alpe d’Huez, le jury a remis les récompenses. Six longs-métrages étaient en lice pour le Grand prix, quatre étaient présentés hors-compétition. Les jurés devaient également trancher entre neuf courts-métrages. De 4 à 15 minutes, ces mini films ont balayé divers sujets : de la crise financière, à la réincarnation, en passant par un entretien professionnel, et une tentative de suicide. Si certains thèmes peuvent paraître graves, le talent des réalisateurs a été de les rendre humoristiques. Ces courts-métrages étaient projetés avant chaque film, ce qui a permis aux spectateurs de découvrir des jeunes acteurs et réalisateurs.

Le film anglais Mariage à l’Anglaise (I Give it a Year) de Dan Mazer, avec Simon Baker (The Mentalist), Rose Byrne (Mes Meilleures Amies, ), Anna Faris (The Dictator) et (Prometheus), a remporté le Grand prix du jury. Cette comédie romantique a su, grâce à un humour décalé et au jeu remarquable des acteurs, convaincre le jury.
Le public, quant à lui, a récompensé le premier film du réalisateur franco-portugais Ruben Alves, La Cage Dorée. Cet hommage à la communauté portugaise a fait l’unanimité auprès du public qui a ri et pleuré pendant les 1h30 que dure le film.
Le prix du meilleur court-métrage a été remis à Monsieur Leroi de Henri Masnay et qui met en scène, en 12min40, un entretien d’embauche qui prend une tournure extrême de quiproquo.

En plus de ces trois prix habituels, le jury en a créés deux supplémentaires. Un prix spécial décerné à Pas Très Normales Activités de , avec Norman Thavaud (de Norman fait des vidéos) et Stéfi Celma (Case Départ). Avec humour et dérision, il traite, à la manière d’un film d’horreur, un phénomène paranormal. L’audace et la prise de risque, dans le sujet et dans la manière de filmer le long-métrage, ont été récompensées par le jury. Cependant, tous les spectateurs n’étaient pas de cet avis, et certains n’ont pas hésité à quitter la salle pendant la projection.
Un prix d’interprétation féminine a été créée pour saluer la performance exceptionnelle de Chantal Lauby dans La Cage Dorée. Elle interprète avec brio une femme excentrique et sans gêne.

  •  Toutes les équipes des films français ont fait le déplacement

Si Chantal Lauby n’était pas présente pour recevoir son prix, de nombreux acteurs se sont rendus à l’Alpe d’Huez, pour défendre leur film ou pour assister aux projections en avant-première. Les trois jeunes talents Charlotte Le Bon, et Naidra Ayadi étaient les « coups de projecteur » de ce festival, ce qui leur a permis d’être mises en avant et de bénéficier d’une promotion particulière auprès du public et des professionnels.
José Garcia et Michael Youn ont fait le déplacement pour présenter, pour la première fois, le second film de Michael Youn en tant que réalisateur, Vive la France, lors de la cérémonie d’ouverture, mercredi 16 janvier. Julien Doré est resté durant toute la durée du festival pour promouvoir le long-métrage de sur la volonté de percer d’un groupe de rock.
Toute l’équipe de Pas Très Normales Activités était présente, ainsi que et Guy Lecluyse pour Une Chanson Pour ma Mère, qui raconte l’enlèvement de Dave par une famille qui veut offrir le chanteur en cadeau à leur mère mourante.
Le réalisateur russe Genndy Tartakovsky était présent pour dévoiler son dessin animé Hôtel Transylvanie, avec pour l’accompagner, les voix françaises Virginie Efira et l’animateur Alex Goude.
Pour clôturer ce festival, le réalisateur de film d’horreur a dévoilé, dans un autre registre, 20 Ans d’Ecart, avec Pierre Niney et Virginie Efira, venus découvrir les premières réactions du public. Virginie Efira y interprète une femme de 38 ans qui entretient une relation amoureuse avec un jeune homme de 20 ans, joué par Pierre Niney.

  •  La dernière édition ?

Le froid et la neige ont rendu ce festival convivial, très détendu. En dehors des projections, les acteurs flânaient sur des terrasses ensoleillées, mais pour les plus sportifs, des skis et snowboards étaient à leur disposition. Une sortie en motoneige leur a permis de découvrir de nouvelles sensations et de se changer les idées avant de trancher entre les films en compétition.
Si ce festival de comédie s’est déroulé dans une ambiance bon enfant et était à la hauteur des attentes du public et des professionnels, la dix-septième édition n’est pas encore fixée. Des subventions municipales ayant été retirées, la question de l’annulation de ce festival se pose, au grand dam des amateurs de comédie.

07

06

05

04

03

02

01