La 29ème édition des Etats généraux du film documentaire de Lussas qui se tient du 20 au 26 août s’est ouverte hier soir et promet à nouveau de belles découvertes et de revigorantes errances sous le ciel étoilé d’Ardèche. Et devinez quoi ? On y est !

Voir des documentaires de création au beau milieu de l’Ardèche, voilà un des paris réussis de Lussas. Initiés par l’ardéchois Jean-Marie Barbe et sa bande d’Ardèche images en 1989, Les Etats Généraux du Film Documentaire offre une programmation d’une richesse étonnante qui prouve que la création documentaire reste non seulement prolifique et qualitative mais ne se réduit pas aux quelques grosses sorties cinés. Au-delà de ce rendez-vous cinéphilique, Lussas, renommé le “village documentaire”, accueille l’association Ardèche images, le centre de ressources la Maison du doc, l’Ecole documentaire et son master 2 documentaire de création ou ses formations à l’écriture, mais aussi un programme de formations pour le développement du cinéma documentaire dans les pays du sud avec Doc Monde et Lumière du Monde. C’est d’ailleurs l’un des films du Master 2 Documentaire qui a inauguré cette édition hier soir en plein air : Le Saint des voyous de Maïlys Audouze, film sur son père, ancien détenu, qui revient sur son histoire et l’injustice qui à 12 ans a déterminé son parcours.Au programme de cette 29ème édition, des ateliers et séminaires, des rencontres professionnelles et bien sûr une sélection de films qui s’articule autour de plusieurs programmations : Expérience du regard propose une incursion dans la création documentaire francophone européenne d’oeuvres récentes et peu diffusées à travers une sélection signée cette année par Vincent Dieutre et Dominique AuvrayHistoire du Doc consacre cette édition à la Pologne et propose un voyage historique à travers le prisme d’oeuvres cinématographiques allant des années 30 aux années 90; Fragments d’une oeuvre invite Peter Nestler et Guy Sherwin autour d’une rétrospective de leur oeuvre; La Route du Doc nous emmène au Liban tandis que la sélection des douze films du vivier DocMonde nous embarque de l’Asie au Burkina Faso en passant par la Bulgarie avec Le rêve de Nicolai de Maria Karaguiozova.

L’atelier Mémoires des territoires commence dès lundi et se penchera sur les territoires urbains et peri-urbains autour de Berlin et Rome avec notamment des films de Jean Rouch, Aude Fourel et Arnaud Lambert. Le deuxième jour s’intéressera aux espaces abandonnés pour cause d’exil ou de guerre avec les films de Christian Barani ou Les éternels de Pierre-Yves Vandeweerd qui relate la vie d’un peuple en Azerbaïdjan contraint à errer pour échapper à la guerre.

Un deuxième atelier Territoires de la mémoire se tiendra quant à lui jeudi et vendredi autour des films et des recherches de Ruth Beckermann, Sergueï Loznitsa et Susana de Sousa Dias.

Enfin ajoutons que Lussas c’est aussi des projections en plein air, des projections chez l’habitant, des projections hors les murs à Aubenas et au Teil, des concerts au Blue Bar et au Green Bar et avant tout dans ce village si convivial, la preuve par l’image que le cinéma documentaire reste l’un des reflets de nos mondes le plus nécessaire et un outil de résistance et de réflexion hors du commun.

Anne Laure Farges

Nous signaler une erreur dans l’article ?
Sélectionnez le texte (140 caractères maximum) en question et appuyez sur Ctrl+Entrée.

LES 29èmes ETATS GENERAUX DU FILM DOCUMENTAIRE DE LUSSAS

0

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :