Depuis l’année 2010 le fabricant d’appareils photographiques et d’optiques Nikon organise un festival de courts-métrages. La 5e édition du Nikon Film Festival a débuté le 1er septembre 2014 et durera jusqu’au 11 février 2015. Ouverte à tous, la compétition impose un thème aux participants – qui ont jusqu’au 15 janvier 2015 pour mettre en ligne leurs films – et une durée, de 30 à 140 secondes maximum. Après le héros, l’avenir, le fan et le souvenir c’est sur le thème « Je suis un choix » (l’intitulé fait référence à la campagne de promotion de la marque depuis 2010 « Je suis un Nikon ») qu’il faudra se montrer créatif.
Mis en ligne sur le site Internet du festival depuis le 15 octobre, les films présentent une variétés de traitements et de sujets. Des moments de poésie avec le semi-animé Je suis mauvaise mine, des idées parfois loufoque comme Je suis une moustache ou un ton sarcastique jouissif avec Je suis un con. Sans oublier l’importance de la chute, à mourir de rire dans Je suis un petit jeu con. Chaque film parvient à se démarquer. Certains par une esthétique très travaillée, point fort de Je suis utterly stupid. D’autres par des sujets terrifiant, à la manière de Je suis à l’heure qui prend à la gorge. D’autres optent pour une simplicité convaincante. C’est le cas de Je suis Paris qui dépeint la capitale à travers le regard d’étudiants étrangers.

Depuis sa création, le Nikon Film Festival a gagné en notoriété. Cela se voit notamment sur le plan des acteurs. Car au sein d’un grand nombre de personnalités amateurs ou du moins relativement peu connues, on retrouve quelques surprises et des visages familiers. Comme Cécile Cassel dans Je suis choisie, charmante et surprenante mini comédie romantique. Ou bien Julien Pestel dans Je suis une Calliphoridae, découvert dans de nombreux sketches de format court (Very Bad Blague, Pendant ce temps…). Sans oublier le joli tir groupé que constitue Je suis coupable par la présence agréable de notamment Delphine Chanéac (Brice de Nice, Splice), les présentatrices Karine Lima et Séverine Ferrer ou encore la chanteuse Melissa Mars. Les acteurs moins réputés ne sont pas à mettre de côté pour autant et offrent pour la plupart de belles performances. En atteste le groupe de (pas très) copines dans Je suis un utérus.

Au vu des plus de 400 films déjà mis en ligne à la mi-décembre, les membres du jury auront fort à faire. Ce dernier se compose de huit professionnels du cinéma et des médias parmi lesquels le réalisateur Michel Hazanavicius, Pascale Faure, responsable des programme courts de Canal +, Ludovic Drean, responsable du service Nikon pro ou encore le directeur de la photographie Vincent Muller. Au terme du festival ils remettront durant la cérémonie de clôture organisée dans l’une des salles du réseau MK2 (date à confirmer) cinq prix d’une dotation globale estimée à plus de 50.000 euros : Grand Prix du Jury, Prix , Prix de la meilleure réalisation, Prix des Ecoles et Prix du Public. Ce dernier sera quant à lui décerné par les internautes qui ont jusqu’au 11 février 2015 pour voter pour le ou les films de leur choix.
Enfin, une sélection de 10 films sera présentée durant le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand prévu du 30 janvier au 7 février 2015.