Note des lecteurs0 Note0
note du rédacteur
REACH FOR THE SKY
• Sortie : 2015 (Présenté durant le Festival du film coréen à Paris 2016)
• Réalisation :Steven Dhoedt, Choi Woo-young
• Genre : Documentaire
• Durée :1h30min

Présenté dans la section “Paysage” au 11e Festival du Film coréen à Paris, REACH FOR THE SKY de Steven Dhoedt et Choi Woo-young offre deux des qualités les plus fondamentales du documentaire. Cette qualité « documentarisante » qui ne peut devenir effective qu’à partir du moment où elle entre en contact avec une qualité « anthropologisante ». On apprécie d’abord REACH FOR THE SKY pour sa capacité à montrer l’élitisme du système universitaire coréen – SKY est l’acronyme utilisé pour désigner les trois plus prestigieuses universités coréennes. Il y est question de formatage des esprits par les parents, les enseignants et le gouvernement ; le coté grande messe nationale alors que seulement 0,01 % toucheront le Saint Graal. Mais le plus pervers reste de voir les 99,9 % des étudiants restants qui, refusés chaque année, se remette immédiatement au travail en bon redoublant, revigoré par les bonnes paroles de certains opportunistes. Toute cette propagande idéologique fait évidemment très peur.

Photo du film REACH FOR THE SKY

Mais le documentaire ne s’arrête pas à cette critique sociétale, elle est doublée d’un caractère anthropologique bien plus fascinant. À travers le portrait halluciné d’un professeur d’anglais, REACH FOR THE SKY parle bien plus de la Corée du Sud d’aujourd’hui et de notre monde que n’importe quelle image d’étudiant en train de réviser tard dans la nuit ou bien de bachoter des heures sur sa copie ne peut le faire. Véritable personnage « herzogien », ce professeur est érigé en star par le système : il signe des autographes pour des fans, écrit des livres qui se vendent par milliers, participe à des talks-show à la télévision et à des conférences dans des amphithéâtres pleins à craquer.

Parents et étudiants lui vouent un culte insensé. Cette personnalité quasi indécente, presque hors-norme, n’est finalement qu’une sorte de prototype de l’arriviste cynique qui a trouvé, en premier, le merveilleux filon pour se faire connaître sur le malheur de milliers d’étudiants. Des performances lunaires, à la fois sur-médiatisées et sur-chorégraphiées, qui démontrent toute la démesure et l’absurdité que peut prendre une idéologie scolaire basée sur la réussite individuelle et la compétition acharnée. Les cyniques diront qu’on les prépare seulement à la réalité du monde des adultes.

REACH FOR THE SKY a été présenté au 11e Festival du Film Coréen à Paris du 25 octobre au 1er novembre 2016 au Publicis Cinémas.
Antoine Gaudé

Votre avis ?

FESTIVAL DU FILM CORÉEN A PARIS 2016

– Sommaire de la 11e édition

– Infos pratiques

Autour du FFCP

Critiques et interview du FFCP 2016

BANDE-ANNONCE
image_pdfimage_print

[FFCP 2016] REACH FOR THE SKY

Temps de lecture : 2 min
0