Classique du cinéma chinois continental, Épouses et concubines est un Zhang Yimou pré-Hero pur jus : engagé, visuellement maniéré, d’une rare cruauté silencieuse. Il ressort au cinéma le 14 juin dans une magnifique version restaurée.

Chine, années 1920. Un château, un homme riche, ses quatre femmes, les domestiques. Il y a quelque chose de fondamentalement théâtral dans ÉPOUSES ET CONCUBINES : dès la première minute du film, Zhang nous introduit à un espace que nous ne quitterons jamais – respectant ainsi cette unité de lieu propre au huis clos – pendant trois « actes » saisonniers qui rythment ce portrait couleur rouge de la condition féminine au sein d’une oppressante patriarchie. Connu pour ses penchants féministes, Zhang évolue dans un territoire thématique connu, ici plus que jamais à l’apothéose qualitative de sa filmographie.

Photo du film ÉPOUSES ET CONCUBINES

Des femmes et des lanternes

Peu de personnages humains, mais beaucoup de protagonistes inanimés, à commencer par ce palais sans âge et ces lanternes rouges que l’on allume, éteint et déplace au grès des bonnes volontés du maître. ÉPOUSES ET CONCUBINES, c’est la dictature des hommes. Mais c’est aussi la dictature des coutumes, des symboles et des traditions. Un code de conduite qui dicte la vie, la mort, la folie, des massages de pieds comme la naissance d’enfants.
Entre ces quatre murs, tout est millimétré, impassible – chacun, chacune est à sa place. Dans cet univers qu’il découpe à la règle, Zhang éteint d’abord l’humain pour mieux le faire renaître. Un humain, non pas de chair, mais de sang. L’âme de tous semble aspirée par les murs froids de ce château, horizon des personnages féminins et de la caméra : nous sommes enfermés. C’est dans cette rigueur de la mise en scène que l’apparent classicisme de Zhang prend tout son sens : en peignant avec beaucoup d’empathie la violence intime de ces contrats sociaux rigides, l’étouffement du spectateur est total. Dans ce monde où ces femmes sont obligées de se battre pour l’intérêt d’un homme, rien ne peut vivre. Tout est rapidement destiné à mourir.

[bctt tweet=”« ÉPOUSES ET CONCUBINES est le point culminant du cinéma de Zhang Yimou. »” username=”LeBlogDuCinema”]

Certaines sombrent dans la folie tandis que d’autres se soumettent, après s’être entre-tuées pour voir leur lanterne s’illuminer le temps d’un soir. Zhang se montre très fataliste, mais surtout très virulent à l’encontre de la société chinoise d’hier et d’aujourd’hui – ainsi que, plus généralement, des écarts qui peuvent encore exister entre les sexes au-delà des frontières de l’Empire du milieu.
Si la condition féminine est le sujet évident d’ÉPOUSES ET CONCUBINES, la grande violence de son propos est, elle, beaucoup moins évidente. Il y a, dans cette hyper-sophistication du hors-champ, un nouveau rappel à la nature asphyxiante du cadre de Zhang. C’est peut-être là son plus grand coup de génie : la mort elle-même devient un fantôme, invisible. Un fantôme comme ces femmes qui ne font plus qu’errer et haïr. Il n’y a plus d’amour, de confiance, ou de vérité. Tout n’est que mensonges, intrigues et trahisons.

Zhang Yimou sait se montrer cruel. ÉPOUSES ET CONCUBINES est brutal sans être sanglant, engagé sans être utopique. Donnant à sa muse, Gong Li, le rôle de sa carrière, il fait surtout preuve d’une aisance remarquable quand il s’agit de donner vie à ce microcosme glacial aux teintes rouges et à la géométrie chirurgicale. Monument du cinéma chinois moderne, ÉPOUSES ET CONCUBINES est un chef d’œuvre qui révolte autant qu’il émeut, à la fois diaboliquement sadique et fatalement pessimiste. Sa version restaurée, qui ressort le 14 juin dans nos salles, redonne au cadre de Zhang toute la puissance de son travail macabre et poétique de la couleur. Un immanquable, tout simplement.

KamaradeFifien

Votre avis ?

ÉPOUSES ET CONCUBINES - En salles le 14/06/2017
Titre original : 大红灯笼高高挂 (Dà Hóng Dēnglóng Gāogāo Guà)
Réalisation : Zhang-Yimou
Scénario : Zhen Ni, Su Tong
Acteurs principaux : Gong Li, He Caifei, Cao Quifen
Date de sortie : 20 décembre 1991 (ressortie le 14 juin 2017)
Durée : 2h05min
5.0Chef d'œuvre
Avis des lecteurs 1 Avis

Send this to a friend

Hello,

Un article intéressant : ÉPOUSES ET CONCUBINES - En salles le 14/06/2017

Le lien : https://www.leblogducinema.com/ressortie/critique-epouses-et-concubines-858171/