Douglas Booth

3.5

[CRITIQUE] GOLEM, LE TUEUR DE LONDRES

Les conventions théâtrales gangrènent sournoisement le récit au point que même lorsqu’il n’y a ni scène, ni public, un élément de la mise en scène de Medina nous rappelle à ce jeu sur les apparences, le travestissement et les dissimulations....