carousel

2.0

[CRITIQUE] MUTE

En se fiant aux quelques visuels dévoilés par Netflix et au synopsis annonçant que le personnage principal était un amish sourd, on imaginait déjà une œuvre cyberpunk confrontant un protagoniste candide à une opulence technologique. L’ennui, c’est que ce contexte de genre science-fictionnel apparaît comme un effet cosmétique pas toujours justifié. ...
3.5

[CRITIQUE] LA FORME DE L’EAU

Si LA FORME DE L’EAU n’atteint pas le degré d’étrangeté et de poésie de L’Échine du diable ou du Labyrinthe de Pan, il n’en demeure pas moins une œuvre bouleversante tant elle cherche à laisser s’épanouir une histoire d’amour de manière jusqu’au-boutiste, avec une sincérité que seuls les éternels enfants comme Del Toro savent nous faire accepter....
5.0

[CRITIQUE] Phantom Thread

Trois ans après Inherent Vice, le talentueux Paul Thomas Anderson nous revient avec Phantom Thread, qui en matière d’ambitions narratives et d’ampleur esthétiqu...