Tourné pendant le Festival de Cannes 2016, « La Caméra de Claire » poursuit la logique HSS de l’épurement sentimental dans un film court (1h05) aux vertus médicinales. Avec son actrice fétiche Kim Min Hee et Isabelle Huppert, rayonnante.

Considéré comme l’un des plus grands réalisateurs en activité, Hong Sang-soo travaille beaucoup, au rythme de deux films par an. Alors que Le Jour d’après évoquait les difficultés d’un homme pris entre deux femmes et que Seule sur la plage la nuit prolongeait l’expérience de la mélancolie amoureuse, La Caméra de Claire se concentre sur l’écran invisible de ces tourments. Le visage, la surface de l’amour, ce qu’on ne perçoit pas lorsqu’on est amoureux mais que les autres regardent.Photo du film LA CAMÉRA DE CLAIREClaire, enseignante en congés, descend à Cannes pour accompagner son amie (une cinéaste). Délaissée, elle profite de ses journées pour se promener et prendre en photo les gens qu’elle croise. Sur son chemin, Manhee, une employée de société de production licenciée et So Wansoo, un réalisateur. Un couple en devenir. Si la caméra de Claire leur permettra, suite à un jeu de hasards curieux, de trouver un sens à leur amour, l’inconnue française, elle, n’aura rien, repartira comme elle est venue, avec le sourire et la joie, telle une présence volatile, à moitié humaine, à moitié divine. Un électron libre sans autre but que de prendre en photo les personnes qui le méritent. « Après avoir pris la photo, les gens deviennent différents », déclare-t-elle à So. En effet, l’invariable retenue des amants de ce bas monde étant une surface plane qu’il faut creuser en douceur, quelle meilleure idée que d’utiliser le polaroid ? En se dévoilant, les images dévoilent les intentions de chacun et les projettent face à leurs propres émotions. Comme toujours chez Hong Sang-soo, il existe un moyen efficace pour saisir les esprits dans le doute et de soulager les troubles invisibles.

Seule sur la plage le jour

Photo du film LA CAMÉRA DE CLAIREDe l’autre côté de la croisette, au détour d’un flash, la mélancolie de Manhee se substitue au plaisir de la déambulation et de l’errance. La ville, les passants, la mer, forment un lieu d’apaisement, magnifiquement mis en scène. On y retrouve la simplicité des plans statiques (fixes comme une vieille dame assise sur un banc) propres à la direction du réalisateur ainsi que la douceur de la musique du sud-coréen Dalpalan. Le marivaudage habituel devient tendresse. La gravité  laisse place au sourd désespoir heureux et timide de chez ceux qui viennent de tout perdre.

Passion niée ou résignation, peu importe, Claire n’est jamais loin, munie de son tas de photos, prête à échanger les banalités les plus salvatrices. Elle est tout à la fois le phare, le néon et le gardien d’un espoir hypothétique. Grace à elle, le film découvre une réflexion sur le deuil. Comment agir après la perte ? Quelles décisions prendre ? On vous laisse le plaisir des réponses.

Si le potentiel guérisseur ne sera jamais perturbé par des prétextes houleux, Hong Sang-soo inscrira dans le hors-champ une tension née de l’inassouvie qui explosera dans un final tonitruant, hésitant entre la profession de foi et la tribune d’un mâle éruptif.

« Le cinéma est l’art de l’impondérable »

Cette citation d’Isabelle Huppert lors de l’avant-première du film à Paris est révélatrice et donne des clés de compréhension. Il est plus facile pour nous, spectateurs, de s’imaginer un tournage limité à l’accomplissement de scènes précises alors que certains, comme HSS, optent pour la possibilité de réguler un tournage avec l’humeur du jour. Qu’avons-nous besoin d’autre que de personnes vivantes lors de chaque prise, jouant le texte qu’ils sont prêts à recevoir ? Le pondérable étant relayé au rang d’ennemie, d’opposé de « l’accident », ce miracle qui se produit dans l’imprévu et qui accouche des tableaux les plus beaux, des photographies les plus insolites, et des films (en pleine compétition) les plus doux d’un festival sauvage.

Sina Regnault

Votre avis ?

[CRITIQUE] LA CAMÉRA DE CLAIRE
Titre original : La Caméra de Claire
Réalisation : Hong Sang-Soo
Scénario : Hong Sang-Soo
Acteurs principaux : Isabelle Huppert, Kim Min-hee, Jang Mi Hee, Jin-Yeong Jeong
Date de sortie : 7 mars 2018
Durée : 1h 09min
4.5Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :