Très limité dans son scénario et sa mise en scène, Free Fire est d’autant plus décevant qu’il semblait pourtant annoncer un huis clos dynamique et fun.

Deux groupes de malfaiteurs doivent se retrouver dans un entrepôt pour une importante vente d’armes, avec un intermédiaire pour s’assurer que tout se passe dans les règles. Sauf que lorsqu’un des membres reconnaît celui qui s’est attaqué à un membre de sa famille la veille, les choses s’enveniment et une fusillade éclate. Confrontation tendue en huis clos, situations improbables, pluie d’insultes et légèreté du ton, FREE FIRE avait tout d’un Reservoir Dogs (1992). Sauf que Ben Wheatley, derrière la caméra, est loin d’être un Tarantino dans le genre. Loin même d’être un réalisateur très pertinent, capable d’insuffler l’énergie nécessaire à ce genre de situation. Après le décevant High Rise, il continue avec FREE FIRE à montrer ses limites.

Free Fire

Le problème majeur vient de la volonté de Wheatley de rester dans l’instant présent, aux côtés d’une unique poignée de personnages – Reservoir Dogs usait par exemple de retour en arrière pour expliquer la situation et apporter de la profondeur aux personnages. Ne faisant que tourner autour de protagonistes pouvant se substituer les uns aux autres. Une mécanique qui empêche d’éprouver d’empathie pour qui que ce soit, n’y même un quelconque intérêt. Car, mis à part le fait que l’un des groupes semble faire partie de l’IRA (un détail dont Wheatley ne se sert même pas), rien ne permet de faire rebondir l’intrigue de FREE FIRE. D’autant plus embêtant que la situation générale – qui veut qu’assez vite tous les protagonistes se soient fait tirer dans les jambes et soient obligés de se traîner au sol – ne permet pas beaucoup de variété. Dès lors, à part montrer des tirs aléatoires et entendre les uns et les autres s’insulter – avec des dialogues sans saveur – FREE FIRE n’a rien à offrir.

Éventuellement, l’aspect gratuit du film aurait pu se faire oublier par une mise en scène suffisamment stylisée, ou du moins avec un réel partie pris. Mais là encore, Wheatley se contente du strict minimum et ne parvient jamais à rythmer comme il se doit les différentes fusillades. Contrairement à sa géniale bande-annonce, FREE FIRE n’a sur la durée rien de vraiment fun ou de réjouissant. Bien dommage quand on voit le potentiel qu’avait le film, notamment au niveau de son casting. Réunir Brie Larson, Cillian Murphy, Armie Hammer, Sharlto Copley (seul élément réjouissant), ou encore Sam Riley n’est pas donné à tout le monde. Dommage de les voir aussi sous exploités, principalement Brie Larson, ici anecdotique. Se contentant d’étirer une idée, certes amusante sur le papier, FREE FIRE apparaît alors comme un long court-métrage d’une heure et demi, qui semble en durer plus de deux.

Pierre Siclier

Votre avis ?

[CRITIQUE] FREE FIRE
Titre original : Free Fire
Réalisation : Ben Wheatley
Scénario : Amy Jump, Ben Wheatley
Acteurs principaux : Brie Larson, Cillian Murphy, Armie Hammer
Date de sortie : 14 juin 2017
Durée : 1h30min
1.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis