Jannik Tai MosholtChristian PotalivoEsben Toft Jacobsen signent THE RAIN, une série danoise de sci-fi au genre de pitch simpliste sur lesquelles nombre de films de séries B se sont cassés les dents. Qu’en est-il de THE RAIN ?

Une pluie mortelle porteuse d’une maladie qui décime le pays, un groupe de survivant en recherche de nourriture et d’abri, tout cela mis en place sur fond de complot gouvernemental… La série ne part pas avec l’histoire du siècle. Postulat qui se ressent tout au long de la narration. Les épisodes s’enchaînent, on pense à The Walking Dead ou à Lost et on devine assez facilement ce que l’équipe des scénaristes a réservé à leur héros. Parfois on s’ennuie un peu. Quand on voit qui a quel rôle dans le groupe, ou qu’on comprend les potentiels Twists et Cliffhangers parsemant les huit épisodes de cette première saison.Photo de la série THE RAINPourtant, l’expérience de THE RAIN est agréable, même captivante à certain moment précis. En se démarquant de la série basique scandinave (souvent policière ou comique), THE RAIN nous montre les forêts danoises d’une manière nouvelle : magnifiquement effrayantes. Des arbres qui semblent toucher le ciel et qui s’étendent jusqu’à n’en plus finir, une plantation qui contraste avec le ton froid et grisâtre installé tout du long et de véritables instants de poésie à l’image. Notamment la scène où Béatrice danse dans la maison, présentée en montage alternée avec la mort d’un personnage. Mise en scène mettant en parallèle beauté et dureté d’une survie précaire avec une ingéniosité à souligner. C’est grâce à celle-ci qu’on se laisse porter jusqu’à en oublie des ficelles recyclées du genre dont ils ne parviennent pas à faire quelque chose de nouveau.

“Des défauts pardonnées par des personnages qu’on apprend à aimer.”

Ce qui marque surtout, ce sont ces personnages, qui se révèlent être une véritable surprise. Souvent le gros poids noir des séries de science-fiction, ici, ils fonctionnent étrangement bien, alors même que les archétypes les ayant inspirés sont identifiables à la minute où on les voit à l’écran. Est-ce parce que les acteurs sont très bons et crédibles ? Ou peut être parce que la série est globalement plutôt bien écrite ? Cela doit jouer forcément. On ressent surtout une honnêteté dans le traitement de leur relation entre eux, une volonté de casser avec l’image déprimante de la série danoise. Ce qui rend notre groupe de survivant plus attachants, à l’instar des prémisses du groupe de Rick Grimes dans The Walking Dead. Dans la fin du monde, ce petit groupe de survivant est heureux et plus soudé qu’ils n’auraient jamais pu l’être avant le début de la fin.

THE RAIN est une étrange surprise. Une sorte de semi-réussite mêlant ficelles narratives trop grosses, déboires sentimentaux et démons du passé. Formant un récit ridiculement simple, mais plutôt bien tenu et efficace. On applaudit une saison 1, oubliable sur bien des points, car on a bon espoir pour cette saison 2 récemment annoncée. Toutes les bases ont été installées afin de peut-être, permettre à la série de se dépasser et de rivaliser avec les grands dont elle s’inspire tant.

Kensley JULES

Votre avis ?

THE RAIN, saison 1 : un hommage danois à la Sci-Fi - Critique
Titre original : THE RAIN
Créateur : Jannik Tai Mosholt, Christian Potalivo & Esben Toft Jacobsen
Scénario : Jannik Tai Mosholt, Christian Potalivo & Esben Toft Jacobsen
Acteurs principaux : Alba August, Lucas Lynggaard Tønnesen, Mikkel Boe Følsgaard
Date de sortie : 4 Mai 2018
2.5Perfectible
Avis des lecteurs 1 Avis

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :