Affiche du film HOT FUZZ

 

nous décrit le parcours de Nicholas Angel, un « superflic » de Londres, qui, par ses méthodes peu orthodoxes, fait de l’ombre à ses collègues et à ses supérieurs, qui, pour s’en débarrasser, choisissent de le muter dans un petit village britannique on ne peut plus calme. Cependant, l’arrivée d’Angel coïncide avec plusieurs accidents mortels très étranges et Nicholas est persuadé qu’un complot est à la base de ces incidents.

Note de l’Auteur

[rating:8/10]

Date de sortie : 18 Juillet 2007
Réalisé par
Film anglais
Avec , , ,
Durée : 2h00mn
Bande-annonce :

Le dernier film de Edgar Wright, écrit avec son comparse Simon Pegg après leur coup de maître avec la comédie d’horreur , est un film riche mêlant plusieurs genres tels le thriller, le film d’action « buddy movie », la comédie, l’horreur et même le western spaghetti. De plus, le film n’est pas avare en clins d’oeils cinéphiliques en se référant notamment à Bad Boys 2 de , Point Break de Kathryn Bigelow et de John Woo. Un pur fantasme de geek en somme.

Photo (1) du film HOT FUZZ

Hot Fuzz est une vraie bouffée d’oxygène : les situations sont pour le moins cocasses et les personnages truculents. Timothy Dalton est bluffant dans sa performance : énigmatique à souhait et totalement habité par son personnage. Indéniablement, un de ses meilleurs rôles à ce jour.
Le climax du film, digne d’un western spaghetti à la , est aussi bien burlesque que jouissif. Les habitants du village si tranquille en démontrent aux forces de l’ordre sur la place principale avec un superbe final dans un village miniature.

Photo (2) du film HOT FUZZ

Wright et Pegg sont à présent des références dans la culture geek et le renouveau du cinéma britannique qui a de beaux jours devant lui.

Bien qu’excellent, Hot Fuzz n’est pas un chef-d’œuvre comme Shaun Of The Dead. Le métrage souffre de problèmes de rythme, j’aurais aimé que le film soit à l’image des 20 dernières minutes. Hot Fuzz aurait gagné à être moins long, l’enquête piétine et le scénario est un brin trop alambiqué par rapport à sa dimension parodique. Cependant que cela ne vous décourage en rien de voir Hot Fuzz car c’est un pur concentré de bonheur à consommer sans modération. Edgar Wright et Simon Pegg sont à présent des références dans la culture geek et le renouveau du cinéma britannique qui a de beaux jours devant lui (fini l’ère des comédies romantiques avec ).
Quant à moi, j’ai déjà hâte de voir débarquer sur les écrans la prochaine folie des deux trublions.