la piscine scaled

LA PISCINE, thriller psychologique – Critique

Nous souhaitons recueillir votre avis sur votre façon de nous lire. Merci de prendre 2 minutes de votre temps en cliquant ici !


Aujourd’hui, La Piscine est devenu un film culte bien que, souvent, non-vu. Paradoxe ?! Des images, des histoires, des fantasmes gravitent autour de ce film et se suffisent pour lui permettre d’exister.

Une mythologie née : des acteurs sublimés dans un paysage paradisiaque, inatteignables tels des Dieux et pourtant leur histoire fictionnelle embrasse la réalité ce qui séduit l’humble spectateur voyeur. Delon, gravure magnifié au bord de la piscine retrouve Romy Schneider : une histoire d’amour, une histoire de cinéma ; tandis que Jane apparaît sur les écrans français sous l’oeil inquiet de Serge Gainsbourg qui se méfie des ravages de Delon.

Tous ces éléments semblent écraser le film et l’effacer. D’ailleurs on se demande pendant les premières minutes l’intérêt même du film : encore de belles images de Delon, une énième anthologie de sa personne… Mais très vite le spectateur comprend que non et que Delon est bien plus qu’une égérie de grandes marques : c’est un grand acteur.

Au-delà du mythe populaire, La Piscine est avant tout un film, un véritable thriller psychologique. Jean-Paul (Alain Delon) et Marianne (Romy Schneider) incarnent, au premier abord, un couple heureux, pleinement épanouie, évoluant sur les collines de St Tropez. Coupés de tout ils vivent l’un avec l’autre, l’un sur l’autre dans un univers aseptisé qui semble convenir plus à l’un que l’autre. Jean-Paul voit sa bulle éclater à l’arrivée d’Harry et sa fille. Peu à peu il se retranche sur lui tandis que Marianne semble apprécier cette bouffée d’air. Selon le schéma narratif, Harry se veut être l’élément perturbateur. Son arrivée éveille des changements dans les relations entre les deux protagonistes et semble faire ressortir une certaine noirceur dans le personnage de Jean Paul qui se veut de plus en plus méfiant et jaloux.

Au-delà du mythe populaire, La Piscine est avant tout un film, un véritable thriller psychologique.

Sujet classique : la jalousie dans le couple, l’arrivée d’un présumé ancien amant qui réveille un passé refoulé. Le génie de Deray et de mettre tout cela en place l’air de rien et de le faire fonctionner par le jeu des acteurs qui sont détournés des attentes habituelles. Romy Schneider loin d’être une femme désabusée comme dans Sissi, dévoile une intelligence qui démontre qu’elle est la véritable meneuse de l’histoire. De même le personnage de Birkin présentée comme une ingénue de 18 ans se révèle loin d’être innocente et prude. Maurice Ronet (Harry dans le film) plus discret que Delon, est ici l’homme qui le surpasse, l’impressionne (par sa voiture et ses conquêtes) et donc le rend jaloux. Lui qui semble tout maitriser est en fait le plus fragile et derrière sa gueule d’ange montre les vices du diable.

L’esthétique impeccable du film semble être le reflet du personnage de Jean Paul. D’allure lisse , le paysage cache de nombreuses failles et c’est dans la piscine lieu de tous les plaisirs que le pire va être commis. « Pleased to meet you , hope you guess my name », cet extrait de Sympathy for the Devil des Rolling Stones, semble être clé de l’énigme…

Note des lecteurs3 Notes
3.5

Auteur·rice

Nos dernières bandes-annonces

S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Balec
Balec
Invité.e
31 octobre 2022 15 h 41 min

Vu ton niveau d’écriture tu devrais te contenter de poster des critiques sur Allociné, et dans le meilleur des cas de finir dans le haut de la liste.

Moi ça m’emmerde de voir cet article apparaitre dans les top suggestions Google, vu le niveau global. Non pas que tu n’aies pas des choses intéressante à partager, simplement je cherche un avis plus objectif, formel, fourni et surtout plus professionnel et abouti.

Exemple dans le préambule en gras (oui rien que ça) :

Des images, des histoires, des fantasmes gravitent autour de ce film et se suffisent pour lui permettent d’exister.

>>> Pour lui permettre d’exister.

Yannick
Yannick
Rédacteur.rice du site
Répondre à  Balec
31 octobre 2022 15 h 47 min

Merci pour ton message, ça nous a permis de rectifier l’erreur d’une rédactrice bénévole sur un site bénévole, associatif et non professionnel. N’hésite pas à te rendre sur des sites, dits « professionnels », pour avoir leurs avis ;-)

Soso
Soso
Invité.e
25 juillet 2017 13 h 07 min

Juste pour info: on ne « renfloue » pas un passé, on le « refoule »…
Heureusement que t’es pas étudiante en français :)

3
0
Un avis sur cet article ?x