Par la volonté de son oncle mort assassiné, Sandra Paoli, 30 ans, est propulsée à la tête d’un puissant clan mafieux . Une femme isolée, haïe et respectée à la fois dans un monde d’hommes, de violence, de meurtres, de racket et de mises à mort politiques. Pour se montrer à la hauteur, la jeune femme va devoir séduire, manipuler, réinventer le clan à sa manière !

Note de l’Auteur

[rating:8/10]


Saison : 1
Nombre d’épisodes : 8
Format : 52 minutes
Date de 1ère diffusion : le 12 décembre 2006
Création : Hugues Pagan
Avec Hélène Fillières, Thierry Neuvic, Eric Fraticelli
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Cela fait maintenant quelques années que Canal+ a le flair pour nous dénicher des créations originales aussi magnétiques que bien ficelées, le genre de création française qui n’a rien à envier à nos voisins amerloques, bien au contraire. Ainsi donc, des séries comme Braquo, Maison Close, Engrenages et bien d’autres ont fait le bonheur de spectateurs recherchant désespérément de la qualité du côté des séries françaises. C’est sans trop de difficulté que Mafiosa vient se hisser à leurs côtés.

Création originale signée Hugues Pagan, Mafiosa nous entraîne sur les traces d’un clan corse comme il en existe des centaines sur cette somptueuse île qui porte si bien son nom d’île de beauté. Le clan Paoli ici présent est un clan soudé depuis des générations, un clan qui fait son business sans faire de mal à la population du moment que celle-ci ne se met pas en travers de son chemin. Seulement voilà, le jour où le chef de famille est assassiné en pleine rue, la monotonie toute tracée du clan va se trouver bouleversé avec l’arrivée d’un successeur inattendu : une femme. Quoi ? Comment ? Une femme au pouvoir ? Une femme chef de la mafia ? Comment est-ce possible ? Quelle folie est passée par la tête de l’ancien roi pour la désigner comme successeur ? Autant de questions qui viendront mettre les convictions et le courage de cette femme au caractère bien trempé à l’épreuve.

Avec un scénario en béton armé digne des références du genre que sont Les Affranchis, Casino ou encore Le Parrain, Mafiosa était attendu au tournant par des sceptiques doutant encore de son authenticité. Qu’à cela ne tienne, malgré une légère baisse de régime sur un ou deux épisodes, Mafiosa ne décevra pas une seule seconde, pire, une seule envie traverse notre esprit le générique de fin amorcé : voir la suite et vite. La faute à quoi ? Simplement à un scénario en béton armé comme cité précédemment auquel viendra s’ajouter une réalisation sans fausse note et des acteurs jouant avec convictions et crédibilité. Chacun s’accapare son personnage avec un charisme, un magnétise inébranlable et l’emploi très fréquent de la langue corse (mélange de langues latines, de sarde, de sicilien…) rajoute une couche supplémentaire à cette authenticité. Seul petit bémol notable ? La première saison n’a malheureusement pas été tournée en Corse.

Au final, méticuleuse et cinglante, Mafiosa est une série coup de poing qui ravira les amoureux de polars bien ficelés. Une série qui en est déjà à sa troisième saison, fait extrêmement rare pour une création originale qui témoigne de son efficacité. Une série à découvrir si ce n’est déjà fait.