Avant Amityville, il y avait Harrisville… Conjuring : Les dossiers Warren, raconte l’histoire horrible, mais vraie, d’Ed et Lorraine Warren, enquêteurs paranormaux réputés dans le monde entier, venus en aide à une famille terrorisée par une présence inquiétante dans leur ferme isolée… Contraints d’affronter une créature démoniaque d’une force redoutable, les Warren se retrouvent face à l’affaire la plus terrifiante de leur carrière…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 21 août 2013
Réalisé par
Film Américain
Avec , Ron Livingston
Durée : 1h52min
Titre original :
Bande-Annonce :

Créateur de la Franchise SAW, James Wan possède un sacré don, celui de conserver l’affection du spectateur tout en enchaînant les films inégaux. Après un INSIDIOUS nanardesque et un film d’action mou du genou (DEATH SENTENCE), on n’espérait plus grand chose du réalisateur d’origine japonaise, et pourtant, son dernier film, CONJURING – LES DOSSIERS WARREN, est un succès, un vent frais bienvenu dans le cinéma horrifique actuel, paralysé par les franchises insipides. Refusant le gore ou le shaky-cam pour revenir aux origines du mal, Wan nous livre une oeuvre maîtrisée et angoissante.

Plus près de de AMITYVILLE HORROR que de INSIDIOUS, CONJURING – LES DOSSIERS WARREN joue la carte de la simplicité et de la discrétion, la première partie partie du film est un chef d’oeuvre de suggestion, on ne voit rien, mais tout nous fait peur. Se jouant de nos phobies les plus primaires, Wan réussit à effrayer, à angoisser même les plus fervents fanatiques d’horreur. De plus, si la tendance actuelle est au dépouillement de l’image au profit du réalisme, la réalisation est ici efficace et affûtée, entre mouvements de caméras voyeurs et lumière glauque du plus bel effet. L’image est sublime, et vaut le coup d’œil à elle seule tout comme la musique, imposant sa présence glaçante par un tonnerre d’infra-basses. Plus rare et plus remarquable, le film ne perd pas de sa force dans sa seconde moitié, nourrie par un climax haletant d’une demi-heure. Si l’angoisse est alors évincée par les Jump-scares, l’ambiance et la tension restent intactes. En évitant déferlements d’hémoglobine et démesure, CONJURING – LES DOSSIERS WARREN ne sombre (presque) jamais dans le ridicule.

Oui, le film est diablement efficace, indubitablement réussi, mais si il fonctionne, il n’innove jamais.

Cependant, il ne s’agit pas ici d’un film sans faute. Il est parfois bien inégal et certains passages ne marchent tout bonnement pas, à l’image de cette side-story gravitant autour d’une énième poupée démoniaque. Cette même histoire se révélant sous développée et se dégonflant dramatiquement après nous avoir fait miroiter la possibilité d’un climax explosif. Brodés de fil blanc, sans surprise, presque fleur-bleue, ces apartés font dramatiquement retomber la tension sans rien apporter en contrepartie à l’intrigue.

On peut enfin regretter le manque total d’originalité de l’ensemble. Oui, le film est diablement efficace, indubitablement réussi, mais si il fonctionne, il n’innove jamais, se contentant de rester sur des chemins déjà tracés par l’histoire cinématographique. Peut être trop conventionnel, trop propre, il ne sort jamais des sentiers battus. Bien évidemment, il est impossible de sortir le film de son contexte, mais il est évident que s’il était sorti au milieu des années 70, CONJURING – LES DOSSIERS WARREN n’aurait été qu’un exorcist-like de plus. Mais, dans la tristesse du paysage horrifique actuel, on ne peut que recommander cette oeuvre honnête et volontaire, véritablement angoissante à défaut d’être originale, qui effrayera sans aucun doute, mais ne restera pas dans les annales.

9
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
0 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des