Demain et tous les autres jours,le nouveau film de Noémie Lvovsky après Camille Redouble est en compétition au Festival Francophone d’Angoulême.

Mathilde (Luce Rodriguez, véritable révélation du film) est une petite fille malicieuse et intelligente. Le problème, c’est sa maman fragile, interprétée par Noémie Lvovsky. Son cerveau ne fonctionne pas correctement pour être une mère au sens propre. Elle met souvent sa fille dans l’embarras, a gardé son âme d’enfant et n’a pas toujours les codes pour se comporter en adulte. Il y a les jours avec et les jours sans. On soupçonne d’ailleurs la réalisatrice, également scénariste avec Florence Seyros, de s’être beaucoup amusée à se concocter un personnage aussi riche et complexe.

Les rôles de la vie normale sont donc inversés puisque Mathilde s’occupe d’elle, comme une mère. Elle la surveille comme le lait sur le feu, s’inquiète quand elle s’absente trop longtemps, la calme en lui inventant des histoires. Cela fait beaucoup de responsabilités pour une si petite fille. La mère n’a pas plus de prénom que le père, puisque le film se place du point de vue de la petite Mathilde. Il y a bien un père (Mathieu Amalric), qui a quitté le domicile, mais reste dans les parages. Pourtant, même si on a l’esprit suffisamment ouvert pour accéder à l’univers allégorique de la réalisatrice, il n’en demeure pas moins que le socle du film est assez peu crédible. Noémie Lvovsky est sans doute partie du postulat que l’amour mutuel mère-fille, plus fort que tout, est essentiel au maintien de l’équilibre psychologique de la mère. Mais comment peut-elle demander au spectateur empathique avec Mathilde de croire qu’un père responsable puisse laisser vivre sa fille avec une femme potentiellement dangereuse ?Photo du film DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURSComme Claude Barras dans Ma Vie de Courgette, la réalisatrice pose finalement la question fondamentale de la défaillance des parents, parfois liée à la santé mentale. Elle interroge tout autant la façon dont les enfants vivent et souffrent avec. Mathilde, consciente du tourment de sa mère et de son incapacité à l’aider, se réfugie peu à peu dans un monde imaginaire. Sa mère lui a offert une petite chouette, dont on dira juste qu’elle sera son petit Jiminy Cricket. Mais plus les problèmes de santé de sa mère s’aggravent, plus elle perd la tête et ses repères, plus Mathilde sombre dans les idées noires et la colère, avec un attrait dangereux pour la mort. DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURS mène d’ailleurs souvent le spectateur sur de fausses pistes et augmente sa peur de voir Mathilde dans une situation inextricable. En cela, le film réussit à maintenir un suspense psychologique intéressant jusqu’à son issue.

DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURS se révèle un film tendre et émouvant, qui brosse une connexion quasi-animale et terrienne entre une mère et sa fille, suffisamment forte pour tenir éloignée un temps la folie.

Sylvie-Noëlle

Votre avis ?

[CRITIQUE] DEMAIN ET TOUS LES AUTRES JOURS
Titre original : Demain et tous les autres jours
Réalisation : Noémie Lvovsky
Scénario : Noémie Lvovsky, Florence Seyros
Acteurs principaux : Noémie Lvovsky, Luce Rodriguez, Mathieu Amalric
Date de sortie : 27 septembre 2017
Durée : 1h31min
3.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis